Rétrospective de la semaine du 28 juin au 4 juillet

 

Pour la semaine du 28 juin au 4 juillet, le nombre de personnes testées positives à la COVID-19 a augmenté de 107 à 787 cas (+635%), ainsi que le nombre de leurs contacts étroits identifiés, qui est passé à 2.228, contre 353 cas la semaine précédente (+531%).

Le nombre de tests PCR effectués au cours de la semaine du 28 juin au 4 juillet a baissé de 39.181 à 35.372.

10 personnes ont déclaré un test antigénique rapide (TAR) positif pour la semaine de référence, contre 17 pour la semaine d’avant, portant le nombre de résultats positifs suite à un TAR effectué par un professionnel de santé à un total de 221. Depuis l’introduction des auto-tests, 695 résultats positifs ont été déclarés, avec 182 cas pour la semaine du 28 juin au 4 juillet. Rappelons que les tests antigéniques rapides positifs ne sont pas pris en compte dans le calcul du taux de positivité.

En date du 4 juillet, le nombre d'infections actives a augmenté à 826 par rapport à 140 au 27.06 et le nombre de personnes guéries est passé de 69.684 à 69.785. La moyenne d'âge des personnes diagnostiquées positives à la COVID-19 est restée plutôt stable avec 28,9 ans.

La semaine du 28 juin au 4 juillet est la quatrième semaine consécutive lors de laquelle aucun nouveau décès en lien avec la COVID-19 n’a été enregistré.

La situation reste toujours détendue dans les hôpitaux, avec 3 nouvelles admissions de patients COVID-19 positif confirmés dans l’unité des soins normaux, nombre identique à la semaine précédente. Dans les soins intensifs, le nombre de lits occupés a diminué de 2 à 1. La moyenne d’âge des patients hospitalisés a fortement diminué de 60 à 46 ans.

Taux de positivité et taux d’incidence

Pour la période de référence, le taux de reproduction effectif (RT eff) a augmenté de 0,86 à 2,08 ainsi que le taux de positivité sur tous les tests effectués (ordonnances, Large Scale Testing, contact tracing) qui est passé de 0,27% à 2,22%. Le taux de positivité pour les tests effectués sur ordonnance, donc pour les personnes présentant des symptômes, est passé de 0,95% à 5,95%.

Le taux d'incidence a également augmenté avec 124 cas pour 100.000 habitants sur 7 jours, contre 17 cas pour 100.000 habitants pour la semaine du 21 juin.

Par rapport à la semaine précédente, le taux d’incidence a augmenté dans toutes les tranches d’âge.

La plus grande augmentation a été enregistré dans le groupe d’âge des 15-29 ans (+824%), suivi des 30-44 ans (+700%), des 45-59 ans (+336%) et des 0-14 ans (+181%). Le taux d’incidence le plus bas est enregistrée dans les tranches d’âge des 75 ans et plus et 60-74 ans. À noter que 84% de tous les cas de la semaine dernière ont été enregistrés dans les groupes d’âge des 15-29 et 30-44 ans.

Quarantaines et isolements

Pendant la semaine du 28 juin au 4 juillet, 589 personnes se trouvaient en isolement (+105%) et 1.790 en quarantaine (+384%).

Contaminations

Un nouveau développement en ce qui concerne les sources de contamination est à observer. En effet, pour les 787 nouveaux cas, les loisirs deviennent le contexte de transmission des infections à la COVID-19 le plus fréquent avec 33,6%, suivis par le cercle familial (9,8%), les voyages à l’étranger (6,2%) et l’éducation (3,9%). Le taux des contaminations dont la source n’est pas clairement attribuable diminue à 38,7%.

Vaccinations: point de situation

Pour la semaine du 28 juin au 4 juillet, 50.026 doses ont été administrées au total. 21.947 personnes ont reçu une 1re dose et 28.078 une 2e, portant le nombre total de vaccins administrés en date du 6 juillet à 585.552 (1re et 2e dose). 259.247 personnes présentent un schéma vaccinal complet.

L’évolution des variants

Pour la semaine du 21 au 27 juin, la couverture du séquençage de la population était de 69,2%.

Concernant les 107 échantillons réalisés pour la semaine 25/2021, on constate la répartition suivante:

  • le variant Delta (indien) (B.1.617.2) représente désormais 60,8% des cas, contre 59,4% la semaine 24 – il reste donc stable;
  • le variant Gamma (brésilien) (P.1) représente 24,1% des cas – il est donc à nouveau détecté davantage sur le territoire (1 cas détecté pour la semaine 24);
  • le variant Alpha (britannique) (B.1.1.7) représente 10,1% des cas, contre 29,7% la semaine 24;
  • le variant Beta (sud-africain) (B.1.351) représente 2,5% des cas.

Depuis le 18.04.2021, le variant Delta (B.1.617.2) a été mis en évidence auprès de 234 cas résidents au Luxembourg. Il convient de noter qu’avec 69,2%, le taux de séquençage au Luxembourg est nettement supérieur au taux recommandé par l'ECDC (10%) et, surtout, que le nombre total de cas de Delta – en termes absolus – reste faible.

Les données relatives au séquençage des variants sont publiées sur le site du Laboratoire national de santé LNS https://lns.lu/en/departement/department-of-microbiology/revilux/.

Surveillance des eaux usées au Luxembourg dans le cadre du SARS-CoV-2

Le niveau de contamination des 13 stations d’épuration échantillonnées étudiées par le LIST (Luxembourg Institute of Science and Technology) au cours de la semaine du 28 juin au 4 juillet montre une tendance constante à la hausse. Une tendance similaire est observée au niveau des stations d’épuration prises individuellement, avec certaines d’entre elles présentant une augmentation significative des niveaux de contamination. Les analyses des prochaines semaines devront confirmer ce résultat.

L'ensemble des rapports CORONASTEP est disponibles sur le site du LIST: https://www.list.lu/en/covid-19/coronastep/.

  

Communiqué par : ministère de la Santé / Laboratoire national de santé (LNS)#Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST

  • Dernière modification le 07-07-2021