COVID-19 : Rétrospective de la semaine du 1er au 7 février

Pour la semaine du 1er au 7 février, le nombre de personnes testées positives à la COVID-19 a augmenté de 999 à 1.140 personnes (+14%) et le nombre de leurs contacts étroits identifiés est passé de 2.774 à 4.067 (+47%).

Le nombre de tests PCR effectués au cours de la semaine du 1er au 7 février, a également augmenté de 51.337 à 61.488.

En date du 7 février, le nombre d'infections actives s'élevait à 2.465 (par rapport à 2.276 au 31/01) et le nombre de personnes guéries est passé de 47.878 à 48.816. 13 nouveaux décès, contre 14 la semaine antérieure, en lien avec la COVID-19 sont à déplorer. La moyenne d’âge des personnes décédées n’a pas changé (86 ans).

La moyenne d'âge des personnes diagnostiquées COVID-19 a encore diminué à 34,1 ans.

Dans les hôpitaux, la situation reste relativement stable, avec 50 hospitalisations en soins normaux et 13 hospitalisations en soins intensifs de patients Covid confirmés pour la semaine du 1er au 7 février, contre 55, respectivement 13, la semaine précédente.

Les deux Centres de consultation COVID-19 (CCC), situés au Kirchberg et à Esch-sur-Alzette, ont enregistré au total 7.269 passages depuis leur ouverture, dont 429 passages pour la semaine du 1er au 7 février, soit un nombre légèrement supérieur à la semaine précédente (359).

Taux de positivité et taux d’incidence

Pour la période de référence, le taux de reproduction effectif (RT eff) a légèrement diminué de 1,10% à 1,05%. Une diminution peut aussi être observée en ce qui concerne le taux de positivité sur tous les tests effectués (ordonnances, Large Scale Testing) avec 1,85% contre 1,95% la semaine dernière (moyenne sur la semaine). Notons que le taux de positivité pour les tests effectués sur ordonnance, donc pour les personnes présentant des symptômes, est à nouveau passé en dessous de la barre des 5% avec 4,83% contre 5,19% pour la semaine d’avant.

Le taux d'incidence est de 182 cas pour 100.000 habitants sur 7 jours. Pour la semaine du 25 janvier, le taux d’incidence s’élevait à 160 cas pour 100.000 habitants sur 7 jours.

Le taux d’incidence continue à augmenter chez les enfants de 0-14 ans (+46%), chez les 30-44 ans (+29), chez les personnes âgées de 60-74 ans (+41%). La tranche d’âge des 10-14 ans a le taux d’incidence le plus élevé alors que la tranche d’âge des 60-74 ans continue à avoir une incidence presque deux fois moins élevée que le reste de la population.

Quarantaines et isolements

Pour la semaine du 1er au 7 février, 2.155 personnes se trouvaient en isolement (+18%) et 4.295 en quarantaine (+21% par rapport à la semaine précédente).

Contaminations

Pour les 1.140 nouveaux cas, le cercle familial reste le contexte de transmission des infections à la COVID-19 le plus fréquent avec 38,6%, suivi par l’éducation (14%) et le travail (4%). Le taux des contaminations dont la source n’est pas clairement attribuable est de 32,5%.

L’évolution des variants

Depuis que le variant britannique B.1.1.7. a commencé à circuler au Luxembourg, à savoir le 19 décembre 2020, 860 échantillons ont fait l’objet d’un séquençage par le Laboratoire national de santé (LNS). Parmi ces échantillons, le LNS a mis en évidence le variant UK (B.1.1.7) chez 114 personnes (+18 par rapport à la semaine précédente). Le variant sud-africain SA (B.1.351), dont le séquençage a commencé le 11 janvier, a été détecté jusqu’à maintenant chez 14 personnes (+10), le dernier séquençage remontant au 30 janvier 2021.

Il est important de noter que ces chiffres ne sont pas de nature représentative. En effet, le LNS ne dispose pas de manière systématique des meta-données permettant de situer les échantillons dans le temps ou dans le contexte où ils ont été prélevés. Certains séquençages ont été ciblés. À titre d’exemple, parmi les 143 échantillons séquencés pendant la semaine du 25 janvier, plus de 30% ont été séquencés à la demande de l’Inspection sanitaire dans le cadre du Contact Tracing. De plus, comme il y a un délai de 7-10 jours pour obtenir les résultats du génotypage, les données sont incomplètes pour la semaine du 1er au 7 février.

La Direction de la santé et le Laboratoire national de santé sont en train de mettre en place les moyens requis pour disposer d’un échantillonnage représentatif de la population générale en se basant sur des échantillons de différentes régions et catégories d’âge avec l’aide des laboratoires d’analyses médicales. L’objectif est de disposer d’un système de surveillance épidémiologique des variants en temps réel pour fin février. En attendant, il n’est pas indiqué de faire des extrapolations ou bien d’estimer la prévalence des variants parmi la population à partir des données issues du séquençage.

Vaccinations : point de situation

Pour la semaine du 1er au 7 février, 5.198 doses ont été administrées au total. 3.190 personnes ont reçu une 1e dose. Le nombre de personnes ayant reçu une 2e dose a augmenté de manière significative à 2.008 (contre 439 la semaine précédente).

Surveillance des eaux usées au Luxembourg dans le cadre du SARS-CoV-2 

Selon le rapport CORONASTEP établi par le LIST (Luxembourg Institute of Science and Technology) pour la semaine du 1er au 7 février, le niveau de contamination des 13 stations d’épuration échantillonnées indique une prévalence moyenne du virus dans les eaux usées au niveau national et régional. Une tendance à la baisse a pu être observée pour toutes les stations analysées pour la période en question.

L'ensemble des rapports CORONASTEP sont disponibles sur le site du LIST: https://www.list.lu/en/covid-19/coronastep/.

Communiqué par le ministère de la Santé et le Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST)

  • Dernière modification le 10-02-2021