Journée mondiale du cancer 2021 – « Together all our actions matter »

Message vidéo de la ministre de la Santé Paulette Lenert à l'occasion den la journée mondiale du cancer 2021

Le 4 février est célébrée la Journée mondiale du cancer, déclarée par l'Organisation mondiale de la santé. Dans un contexte de pandémie, le slogan « This World Cancer Day, together all our actions matter » a toute sa signification. Comme l’a souligné la ministre de la Santé, Paulette Lenert, la solidarité reste le mot d’ordre: « C'est la somme de toutes nos actions qui finira par faire la différence ! ».

Au Luxembourg, le cancer est la première cause de décès chez les hommes et la deuxième chez les femmes. Bien que la médecine ait fait d'énormes progrès, le cancer reste un énorme défi de santé publique et un fardeau énorme pour les personnes touchées et leurs familles. « À toutes les personnes touchées, je souhaite infiniment de force et de courage. N’abandonnez pas! Nous nous battons à vos côtés et nous n'avons jamais été en meilleure position pour nous mobiliser contre le cancer », a encore ajouté Paulette Lenert.

Connaître les forces et les faiblesses pour mieux planifier

La lutte contre le cancer au Luxembourg a connu des succès majeurs au cours des dernières années, particulièrement en lien avec les projets entrepris dans le cadre du premier Plan National Cancer Luxembourg 2014-2018. La création de nouvelles infrastructures organisationnelles, telles que le Centre national de génétique humaine au sein du Laboratoire national de Santé (LNS) et l’Institut national du cancer (INC), ainsi que le développement de référentiels et de parcours patients nationaux pour les cancers à haute prévalence sont autant d’exemples significatifs de ces succès,  que la mise en œuvre d’un programme national de détection précoce du cancer colorectal ou encore et la mise en place de Réunions de concertation pluridisciplinaire (RCP) nationales et la formalisation des RCP hospitalières.

Afin de remporter d’autres succès dans la lutte contre le cancer et d’avancer de manière ciblée, il importe de faire un inventaire des points forts et des déficiences de notre système de santé dans la prise en charge des cancers. Quels sont les objectifs atteints? Dans quel domaine et comment pouvons-nous nous améliorer afin de nous affirmer notamment au niveau international?

Et c’est précisément dans cet esprit que l’INC a élaboré le « Rapport national du cancer au Grand-Duché de Luxembourg » (rapport cancer 2020).

En collaboration étroite avec le groupe de travail interinstitutionnel, le rapport cancer est le premier rapport d’une telle ampleur dans le domaine de la cancérologie. Véritable vue panoramique du paysage de la cancérologie au Luxembourg, le rapport est d’une grande importance dans le cadre de la politique de santé publique, ainsi que pour tous les  organismes nationaux œuvrant dans ce domaine. « En effet, en offrant non seulement une vue rétrospective relative aux activités qui ont déjà été mises en œuvre, mais également un état des lieux des initiatives actuellement en place, il fournit des données riches et intéressantes permettant de développer la stratégie de la lutte contre le cancer dans le futur », a expliqué la ministre.  « Ce rapport sera également d’une grande utilité pour nos partenaires européens et internationaux ».

Vue panoramique du paysage de la cancérologie au Luxembourg - pour le grand public et les experts

Le rapport cancer 2020 est censé dépeindre la situation à l’issue du 1e Plan National Cancer 2014/2018.

Il s’inscrit dans une démarche pan-européenne. En effet la Commission Européenne a placé le cancer parmi les 5 missions prioritaires de la recherche. « Ce rapport s’articule autour de tous les axes essentiels du domaine de la cancérologie, la santé publique, l’épidémiologie, les registres du cancer, la prévention primaire et secondaire, l’organisation des soins, la qualité des soins, la recherche et la relation avec les patients », a commenté le Dr Guy Berchem, président de l’INC.

 « Le rapport cancer 2020 constitue une base ou point de départ du 2e Plan National Cancer 2020/2024 qui vient de commencer », précise le Dr Berchem. « Il s’adresse au public de manière générale ainsi qu’aux experts dans les différents domaines. Son but est d’informer le lecteur sur divers aspects liés à la cancérologie et aux soins en cancérologie au Luxembourg ».

L’accent maintenu sur la prévention primaire et secondaire, même en temps de COVID-19

Dans la lutte contre le cancer, nous devons néanmoins continuer à concentrer nos efforts sur la prévention et le dépistage.

Prévention, parce qu'un mode de vie sain peut prévenir 40% des maladies. Cela inclut une alimentation saine, une activité physique régulière et la réduction des facteurs de risque connus. Et en ce qui concerne le dépistage, plus la maladie est diagnostiquée tôt, plus les chances de guérison sont grandes. Reconnu précocement, par exemple, un cancer du sein ou de l'intestin a de très bonnes chances de guérison.

Le cancer ne s'arrête pas à cause du coronavirus. Par peur de contracter le virus ou de prendre la place d'un autre patient « plus malade », de nombreux patients reportent leur rendez-vous pour un dépistage ou interrompent leur traitement contre le cancer. « Faites vos examens radiologiques ! Une anomalie ou suspicion de cancer, c’est une urgence. Ne pas le faire ou le reporter c’est une perte de chances », insiste la ministre. « Et n’ayez pas peur de vous rendre à l’hôpital. Dans les hôpitaux toutes les mesures sanitaires sont pleinement respectées ».


  • Dernière modification le 04-02-2021