Paulette Lenert et Claude Meisch ont donné des précisions sur le dispositif sanitaire lorsqu’un cas isolé se présente dans une classe

À l’issue du Conseil de gouvernement, la ministre de la Santé, Paulette Lenert, et le ministre de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse, Claude Meisch, ont confirmé le dispositif sanitaire à trois niveaux pour lutter contre la propagation de la COVID-19 dans les écoles et donné des précisions sur les différents scénarios. Le dispositif a été rendu public le 4 septembre et préconise une approche différenciée, adaptée aux cas de figure qui se présentent dans les écoles et lycées, en conciliant le droit à l’éducation et la sécurité maximale pour tous les élèves et le personnel. Aussi bien les études nationales qu’internationales démontrent que l’école, en tant que cadre strictement réglementé, n’est pas un environnement dans lequel une forte propagation du virus a lieu.

Pas de quarantaine s’il s’agit d’un cas isolé

Le scénario 1, le plus courant, est celui d’un cas isolé : un seul élève est testé positif dans une classe, sans indication d’infection à l’école.Dans ce cas de figure, ni les camarades de classe de l’élève, ni ses enseignants ne sont soumis à une quarantaine. Seul l’enfant testé positif est isolé à la maison. Le reste de la classe et les enseignants continuent à fréquenter l’école sous des conditions sanitaires renforcées : port du masque en classe, récréations déphasées, dispense de cours d’éducation physique et de natation, pas de repas à la cantine etc. Il est recommandé par la Direction de la santé de ne pas fréquenter de structure d’accueil et de limiter aux maximum les contacts sociaux des enfants ou des jeunes concernés. Toute la classe est testée à partir du 6e jour. Le scénario 2 est appliqué si plusieurs cas sont identifiés dans une classe. Toute la classe est alors mise en quarantaine. Le scénario 3 s’impose lorsqu’est détectée une chaîne de contamination au sein de l’école. Des mesures supplémentaires peuvent alors être décidées.

Le congé pour raisons familiales est élargi 

Le gouvernement a décidé d’élargir le congé pour raisons familiales extraordinaire lié à la COVID-19, afin de permettre aux parents de rester auprès de leurs enfants en dehors des heures de cours. Depuis la rentrée, quelque 113 élèves ont été testés positifs à la COVID-19 (chiffres provisoires). Dans les écoles publiques, 60 cas isolés (scénario 1) et trois cas du scénario 2 ont été dénombrés à l’enseignement fondamental et 31 cas isolés et deux cas relevant du scénario 2 à l’enseignement secondaire. S’y ajoutent, pour l’enseignement privé, 13 élèves positifs dans les écoles primaires et quatre au lycée.

Appel à respecter les mesures barrières

Les ministres Claude Meisch et Paulette Lenert ont réitéré leur appel à respecter les mesures barrières (port du masque, distances interpersonnelles, lavage fréquent des mains), y compris dans les vestiaires de sport ou au cours des activités parascolaires. Les deux ministres ont insisté sur l’utilité d’avoir des règles claires et compréhensibles par tous pour limiter la propagation de la COVID-19 parmi la population.

Communiqué par le ministère de la Santé et le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse

  • Dernière modification le 25-09-2020