Journée mondiale sans tabac: « Ne laissez pas le tabac vous couper le souffle ! »


La Journée mondiale sans tabac est l’occasion pour le ministère de la Santé, en partenariat avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), d’informer et de sensibiliser la population aux effets nocifs et mortels du tabagisme actif et passif.

Le tabac est la première cause de mortalité prématurée et évitable dans le monde. L’épidémie du tabac tue environ 8 millions de personnes chaque année dans le monde. Plus de 1,2 millions d’entre elles sont des non-fumeurs, involontairement exposés à la fumée du tabac. Au Luxembourg, nous comptons environ 1000 morts par an des suites des maladies liées au tabac, dont 80 personnes suite au tabagisme passif.

Le tabac et la santé pulmonaire

À cette occasion le ministère de la Santé relance sa campagne de sensibilisation sur le tabac et la santé pulmonaire et réitère son appel aux fumeurs et fumeuses désirant réduire ou arrêter leur tabagisme, pour participer au programme d’aide au sevrage tabagique.

 Nos poumons sont notre capital « oxygène » et  jouent un rôle clef pour notre santé et notre bien-être. C’est grâce à l’apport en oxygène par les poumons que notre corps peut fournir les efforts que la vie lui demande au quotidien : marcher, courir, faire du sport, travailler, bouger tout simplement.

Ce sont également nos poumons qui sont exposés en première ligne à la pollution par le tabac. Les conséquences en sont dramatiques :

  • Cancer du poumon : 90 % des cancers du poumon sont imputables au tabac ;
  • Maladies respiratoires chroniques : Plus de 80 % des bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) sont dues au tabac ; l’asthme est aggravé par le tabac ;
  • Autres cancers des voies respiratoires : cancers de la langue, du pharynx, du larynx, des cordes vocales, etc. ;
  • Infections des voies respiratoires : les enfants exposés à la fumée du tabac ont plus de risques d’attraper des bronchites, des pneumonies, des otites, de l’asthme ;
  • Tuberculose : le tabac peut activer une tuberculose latente et aggrave l’insuffisances respiratoire des personnes atteintes.

Dans la situation actuelle de pandémie du Covid-19, l’OMS rappelle que le tabagisme fragilise et provoque des maladies respiratoires. Le virus du Covid-19 s’attaquant en premier lieu au système respiratoire, les fumeurs sont plus enclins à développer une forme plus grave de la maladie du Covid-19 si comparés aux non-fumeurs. De même, les maladies provoquées par le tabac, citées plus haut, augmentent les risques de complications graves pour les patients contaminés par le Covid-19.

Concernant un lien éventuel entre la prise de nicotine et le Covid-19, laissant entendre que la nicotine réduirait le risque d’infection par le Covid-19, il n’existe à l’heure actuelle pas de preuves scientifiques pour confirmer cette hypothèse selon l’OMS. Il serait au contraire dangereux de créer une dépendance à la nicotine ou de la renforcer.

L’arrêt du tabac est bénéfique à tout âge 

  • Le ministère de la Santé tient aussi à rappeler que l’arrêt du tabac est bénéfique à tout âge :
  • dès 48 heures d’arrêt, le corps est mieux oxygéné et la fonction respiratoire s’améliore ;
  • après 1 an d’arrêt, la respiration est redevenue normale et le risque d’infarctus du myocarde est réduit de moitié ;
  • après 10 ans d’arrêt, le risque de mourir d’un cancer du poumon est réduit de moitié par rapport à celui d’un fumeur ;
  • après 20 ans, le risque est redevenu celui d’un non-fumeur.

Le Programme de sevrage tabagique  mis en place en 2008 en collaboration avec la CNS pour aider et encourager les personnes qui souhaitent arrêter de fumer, offre un accompagnement du fumeur lors de son sevrage par un professionnel de la santé et rembourse partiellement les traitements médicamenteux et les produits de substitution éventuellement nécessaires. Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.tabac-stop.lu.

La campagne d’information et de sensibilisation « Ne laissez pas le tabac vous couper le souffle ! » vise à rappeler que l’arrêt tabagique est essentiel pour sauvegarder sa santé, son bien-être et sa qualité de vie.

  • Dernière modification le 28-05-2020