Semaine européenne de la vaccination (20-26 avril 2020)

COVID-19: NE RETARDONS PAS LES VACCINATIONS DES NOURISSONS !


À l'occasion de la Semaine européenne de la vaccination, le ministère de la Santé souligne l'importance d'adhérer au calendrier des vaccinations, même en période de COVID-19.

La peur de contracter le COVID-19 pousse de nombreux parents à renoncer aux visites de contrôle chez le pédiatre et à repousser l’échéance des vaccinations recommandées pour leurs enfants. Ces vaccinations doivent cependant être poursuivies, selon le calendrier vaccinal recommandé chez le nourrisson et le jeune enfant.

«Dans le cadre de la Semaine européenne de la vaccination, je voudrais rappeler que nous ne devons pas baisser la garde en matière de vaccination. Surtout en ce moment de pandémie liée au COVID-19, nos systèmes de santé ne peuvent supporter aucune flambée de maladies à prévention vaccinale. Je profite également de cette occasion pour féliciter nos infatigables professionnels de santé qui s’efforcent de ne laisser personne de côté en dispensant des soins de santé et des services de vaccination.», souligne la ministre de la Santé, Paulette Lenert.

La vaccination en période de pandémie de COVID-19

La pandémie actuelle de COVID-19 ne doit pas faire oublier que d’autres maladies contagieuses dangereuses, voire mortelles, sont encore en circulation. «Si la couverture vaccinale n’est pas assurée dans sa continuité, cela pourrait conduire, dans les mois à venir, à la recrudescence de maladies, bien contrôlées jusqu’ici sur le territoire, comme la rougeole, la coqueluche ou certaines formes de méningite», explique le Dr Françoise Berthet, Directeur adjoint à la Direction de la santé et Secrétaire du Conseil Supérieur des Maladies Infectieuses. D’ailleurs, en 2019, le virus de la rougeole a causé une épidémie locale au Luxembourg, touchant 21 personnes âgées de 8 à 48 ans, dont 3 ont nécessité une hospitalisation. Une grande majorité de ces personnes n’étaient pas vaccinées ou incomplètement vaccinées contre la rougeole. Dans le contexte pandémique actuel, la vaccination constitue un geste essentiel pour éviter d’ajouter un risque infectieux supplémentaire au COVID-19.

La vaccination du nourrisson et du jeune enfant : essentielle, elle procure une protection précoce et durable

La plupart des vaccinations administrées chez les nourrissons et les jeunes enfants procurent une protection précoce et durable. Une protection précoce est indispensable pour réduire le risque d’acquérir une infection évitable dès que possible, et elle est particulièrement importante pour la coqueluche, qui peut être mortelle chez le nourrisson, et pour certaines maladies invasives bactériennes, comme la méningite. De nombreuses vaccinations administrées chez le nourrisson et le jeune enfant, comme la vaccination contre l’hépatite B ou la rougeole, procurent en outre une protection tout au long de la vie. Il n’y a donc aucun intérêt à repousser l’échéance des vaccinations recommandées !

La vaccination de l’enfant, de l’adolescent, de l’adulte et de la personne âgée

Certaines vaccinations nécessitent des rappels ultérieurs, chez l’enfant (à l’âge de 5-6 ans), chez l’adolescent et chez l’adulte (tous les 10 ans). C’est le cas de la vaccination contre la poliomyélite, la diphtérie, le tétanos et la coqueluche. Le respect de ces échéances est important pour le maintien de l’immunité, mais moins critique que chez le nourrisson. Quant à la prévention des infections à Papillomavirus humain (HPV), la vaccination est recommandée aux filles et garçons âgés de 9 à 13 ans. L’échéance de ces vaccins n’est pas critique et un report du rendez-vous vaccinal après la période de crise liée au COVID-19 peut être justifié.

Par contre, la protection des personnes âgées ou à risque reste recommandée sans délai, même en période pandémique, afin de protéger ces personnes vulnérables au COVID-19 d’un autre risque infectieux (par exemple : la pneumonie à pneumocoque).

En période de confinement et de pandémie COVID-19, le calendrier des vaccinations recommandées doit être respecté pour les nourrissons et enfants de moins de 2 ans, ainsi que pour les personnes âgées ou à risque. Entre 2 ans et 65 ans, les vaccinations de routine de la population générale peuvent être reportées jusqu'à la fin du confinement, sauf indication contraire du médecin. 

Semaine européenne de la vaccination (20-26 avril 2020)

Chaque année, au cours de la dernière semaine du mois d’avril, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) met en évidence la valeur des vaccins et leurs bienfaits pour la santé et le bien-être à tous les âges de la vie. Malgré la crise sanitaire actuelle liée au COVID-19, il est important de rappeler le rôle essentiel de la vaccination pour protéger la santé de tous, tout au long de la vie.

Pour de plus amples informations, n’hésitez pas à contacter votre médecin ou votre pédiatre.

  • Dernière modification le 20-04-2020