Publications

16 résultats Voir en premier : les plus pertinents | les plus récents
    • Maladies, Santé sexuelle, Statistiques
    • Rapport
    • Français

    En 2016, le nombre de nouveaux cas d’infection à HIV recensés au Luxembourg a atteint un triste record, avec 98 patients, dont 73 hommes et 25 femmes. Ces chiffres ressortent du rapport d’activité 2016 que le Comité de surveillance du SIDA, des hépatites infectieuses et des maladies sexuellement transmissibles vient de publier.


    Le mode de contamination principal reste les rapports hétérosexuels (39), suivi par les rapports homo- et bisexuels (32) et l’usage de drogues par voie intraveineuse (21), surtout dans le groupe d’âge des 26-35 ans.

    Grâce à un outil de modélisation de l’ECDC (European Center for Disease Control), il est estimé que 87% des personnes vivant avec le VIH avaient été diagnostiquées, donnant ainsi un nombre total estimé de 1.065 personnes vivant avec le VIH dans le pays.

    • Date de parution:
    • Editeur: Comité de Surveillance du SIDA Luxembourg
    • Programme de dépistage, Maladies, Statistiques
    • Rapport
    • Français

    Le PNC 2014-2018 a été approuvé par le Conseil de Gouvernement le 18 juillet 2014 et publié le 2 septembre 2014. Le PNC définit précisément 73 actions à mener dans 10 axes différents. Deux évaluations externes étaient prévues : l’évaluation à mi-parcours et une évaluation à la fin du plan en 2018.

    • Date de parution:
    • Maladies, Drogues, Statistiques
    • 2007
    • Rapport
    • Français

    L’objectif de la présente recherche-action est de déterminer la prévalence des infections dues au virus de l’immunodéficience humaine (HIV), et aux virus des hépatites C (HCV), B (HBV) et A (HAV) dans la population des usagers problématiques de drogues d’acquisition illicite (UPDs) au G.-D. de Luxembourg, de procéder à une analyse transversale de la relation entre les infections étudiées et d’autres facteurs observables et d’assurer, en cas d’indication médicale, une offre de vaccination contre les hépatites A et B afin d’améliorer la couverture vaccinale au niveau national et d’orienter les personnes infectées vers les structures appropriées de prise en charge médicale.

    • Date de parution:
    • Editeur: Luxembourg Institute of Health - Point focal OEDT
    • Maladies, Petite enfance, Statistiques, Accidents et blessures, Enfance et adolescence
    • 2003
    • Rapport
    • Français

    Au Luxembourg, l'espérance de vie, qui au début du XXème siècle était d’environ 47 ans pour la population générale, s'élève de nos jours à plus de 75 ans. De nombreux facteurs ont influencé la diminution de la mortalité des populations:

    • Amélioration des conditions de vie, des conditions de travail, de l'alimentation, ravitaillement en eau potable, élimination des déchets, assainissement des logements, amélioration du niveau d'éducation
    • Développement et généralisation des systèmes d'assurance maladies
    • Organisation des services médico-sociaux et élaboration d’une législation correspondante, qui ont joué un rôle important dans la prévention des maladies, le maintien de la santé et la baisse de la mortalité précoce
    • Progrès médicaux avec la mise au point d'un grand nombre de vaccins, de médicaments, de techniques médicales et de programmes préventifs, permettant une meilleure prise en charge de la maladie et une meilleure protection de la santé.

    Ce sont particulièrement les enfants et les adolescents qui ont bénéficié de ces progrès. Leur taux de mortalité a baissé d’environ 90% depuis 1900.

    Au cours du temps les causes de mortalité principales ont changé. Au début du siècle la plupart des personnes décédaient des suites de maladies infectieuses et parasitaires. Aujourd’hui la plupart des maladies infectieuses peuvent être traitées efficacement par des antibiotiques ou bien être prévenues par vaccination. Néanmoins, il reste des maladies pour lesquelles il n’existe pas de traitements efficaces et, malheureusement, des enfants et des jeunes succombent toujours à ces maladies.

    Dans cette étude, sont analysés tous les décès des enfants, adolescents et jeunes adultes, âgés de 1–24 ans, survenus au Luxembourg entre 1968 et 1997. L’étude porte sur: l’analyse du nombre de décès, l’analyse et l’évolution dans le temps des principales causes de décès et des taux de mortalité respectifs. Les analyses sont effectuées par sexe, par tranche d’âge et par période de temps. Les résultats de cette étude sont disponibles ci-dessous.

    • Date de parution:
    • Editeur: Luxembourg Institute of Health
    • Maladies, Statistiques
    • 2011
    • Fiche
    • Français, Anglais

    Cette fiche pays fournit les résultats pour le Luxembourg dans le cadre de l’enquête Eurobaromètre "Sensibilisation des Européens aux maladies rares" publiée en février 2011.

    • Date de parution:
    • Editeur: Commission européenne [European Commission]
    • Statistiques, Maladies
    • 2011
    • Rapport
    • Français

    A l’occasion de la 4ème Journée Mondiale des Maladies Rares rarediseaseday.org, le Ministère de la Santé, le «Groupe de travail maladies rares», et l’Association Luxembourgeoise d’aide pour les personnes Atteintes de maladies Neuromusculaires et de maladies rares / ALAN présentent les résultats d’une enquête qui fut menée entre mai 2006 et février 2007.

    Une maladie rare est une affection dont la prévalence est très faible. Chaque maladie rare, prise isolément, est un destin rare, touchant par définition moins d’une personne sur 2000. Dans l’Union Européenne, les pathologies rares touchent une population estimée à 29 millions de personnes ; soit on doit estimer environ 30.000 personnes affectées au Luxembourg.

    • Date de parution:
    • Editeur: Ministère de la Santé - Direction de la santé
    • Maladies, Santé sexuelle, Statistiques
    • 2018
    • Rapport
    • Français

    Comme le montre l’épidémiologie VIH 2017, le nombre de personnes infectées et nouvellement incluses au Service National des Maladies Infectieuses augmente fortement cette année via une transmission sexuelle. A l’échelle mondiale, la prévalence du VIH diminue, tandis qu’à l’échelle européenne, elle se stabilise en Europe de l’Ouest et augmente en Europe de l’Est. Nous estimons que 40 à 50 % des nouvelles infections n’ont pas lieu au Luxembourg. Or, l’incidence du VIH augmente dans le pays chaque année et de nouvelles interventions doivent être mises en place pour atteindre les objectifs 90-90-90 d’ONUSIDA, soutenus par le Luxembourg.

    • Date de parution:
    • Editeur: Comité de Surveillance du SIDA Luxembourg
    • Maladies, Statistiques
    • 2013
    • Brochure
    • Allemand, Anglais, Français, Portugais

    Le Ministère de la Santé a demandé au Centre d’Etudes en Santé (CES) du Centre de Recherche Public de la Santé (CRP-Santé) de réaliser une étude sur la santé de la population résidente au Luxembourg (EHES-LUX). Un échantillon de 13’400 personnes sera invité à y participer. EHES-LUX est financée par le Ministère de la Santé, avec le support du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Dans un cadre plus large, l’étude EHES-LUX fait partie des études européennes sur la santé (EHES et EHIS).

    • Les objectifs principaux d’EHES-LUX sont les suivants :
    • Evaluer la proportion de la population qui souffre de maladies majeures (par exemple les maladies du cœur, le diabète, les maladies des poumons, le cancer) et leur relation avec les habitudes de vie et les facteurs de risque (par exemple le tabagisme, la nutrition, la pollution et l’obésité).
    • Comparer les résultats entre différents sous-groupes de la population (par exemple femmes-hommes, âgés-jeunes, lieu de résidence rural-urbain).
    • Concevoir des campagnes de prévention et d’information basées sur l’état de santé de la population.
    • Comparer les résultats entre les pays européens.

    • Date de parution:
    • Editeur: Ministère de la Santé Luxembourg Institute of Health
    • Environnement, Maladies, Statistiques
    • 2007
    • Rapport
    • Français, Anglais

    Quelle est la charge de morbidité qui pourrait être évitée grâce à une meilleure gestion de notre environnement? Celui-ci influence notre santé de diverses façons — à travers des expositions à des facteurs de risques physiques, chimiques et biologiques, ainsi qu'à travers nos changements de comportement face à ces risques.

    Pour répondre à cette question, une étude exhaustive de la littérature et l'expertise de plus de 100 experts du monde entier ont été compilées dans un rapport intitulé "Prévenir la maladie grâce à un environnement plus sain".

    Celui-ci présente une étude complète sur la manière dont l'environnement dans son ensemble, particulièrement celui que l'on peut modifier (voir encadré), a un impact sur la santé.

    Le pourcentage de la maladie, imputable à l'environnement, est donné pour 85 catégories de maladies et de traumatismes, et est indiqué pour les 14 régions de l'OMS.

    Les résultats montrent que des facteurs de risques environnementaux jouent un rôle dans plus de 80% des maladies régulièrememnt recensées par l'Organisation mondiale de la Santé. Globalement, on estime que 24% de la charge mondiale de morbidité et 23% de tous les décès peuvent être attribués à des facteurs environnementaux. Parmi les enfants (0-14 ans), ces chiffres s'élèvent à plus d'un tiers de la charge de morbidité.

    Ces premières estimations peuvent avoir d'importantes implications pour les preneurs de décisions car les riques environnementaux pris en compte dans cette recherche pourraient être réduits de façon significative par des interventions dont le ratio coût-efficacité a été prouvé. En outre, ces investissements coordonnés pourraient contribuer à promouvoir l'application de stratégies de développement plus rentables et porteuses de multiples avantages sociaux et économiques.

    • Date de parution:
    • Editeur: Organisation Mondiale de la Santé (OMS) [World Health Organization (WHO)]
  • Dernière modification le 12-10-2015