Publications

2 résultats Voir en premier : les plus pertinents | les plus récents
    • Maladies, Santé sexuelle, Politique nationale
    • 2011
    • Plan d'action national
    • Français

    La stratégie et le plan d’action en matière de lutte contre le HIV/SIDA, pour la période 2011-2015 a été entériné par le Conseil de gouvernement le 25 janvier 2011.
    Ce plan d’action a été élaboré par le Comité de surveillance du sida institué par arrêté ministériel du 24 janvier 1984. Il se situe dans la continuité du plan d’action 2005-2010 pour lequel le Comité de surveillance du sida tire, au vu de l’important support politique et financier, un bilan globalement positif.
    Le plan d’action 2011-2015 couvre sept domaines généraux d’intervention et recense quelque 70 mesures et projets. Il vise à développer les actions préventives en adaptant les méthodologies d’intervention, élargir les réseaux de collaboration, et améliorer les mécanismes de coordination, accroître l’accès au traitement médical, garantir une prise en charge psychosociale adéquate et promouvoir les mesures de réinsertion.

    • Date de parution:
    • Editeur: Ministère de la Santé
    • Politique nationale, Maladies, Santé sexuelle
    • 2011
    • Rapport
    • Français

    Les principaux chiffres du rapport d’activité 2010 :
    Bien que le dépistage au Luxembourg se fait sur une base volontaire, le taux de nouvelles contaminations par le VIH au Luxembourg a tendance à se stabiliser, passant après un pic de 68 cas enregistrés en 2008 à 64 en 2009, puis 62 cas en 2010 (dont 45 hommes et 17 femmes). La lutte contre le sida est étroitement liée à la lutte contre toutes formes de discriminations.
    La principale voie de transmission reste la transmission homosexuelle (29 cas), suivie par la transmission hétérosexuelle (27 cas). La transmission par injection parentérale de drogues illicites arrive en troisième position (moins de 5%). Ce nombre réduit de cas de transmission par injection s’explique par le nombre important de seringues stériles qui ont été distribuées gratuitement au Luxembourg.
    Ce rapport met en évidence deux phénomènes particulièrement inquiétants: d’une part, une flambée des cas de syphilis au Luxembourg et, d’autre part, un diagnostic parfois très tardif de la maladie sur des patients "le plus souvent hétérosexuels" qui "ne se sentent souvent pas concernés" et ne consultent les médecins qu’au moment où ils présentent déjà une complication grave de leur infection. Ce comportement explique également pourquoi le diagnostic est souvent plus tardif chez les personnes hétérosexuelles que les personnes homosexuelles.
    Quant à l’origine géographique des cas dépistés, 43% des cas proviennent de l’Europe de l’ouest, 9% de l’Afrique subsaharienne, 35% de l’Afrique du sud et sud-est.
    À l’heure actuelle, entre 500 et 600 personnes atteintes par le VIH au Luxembourg sont soignées au Centre hospitalier (CHL) de Luxembourg. Le nombre des cas non détectés est évalué à 100, voire, 200 cas. En 2010, 2 personnes sont décédées du sida au Luxembourg.

    • Date de parution:
    • Editeur: Comité de Surveillance du SIDA Luxembourg
  • Dernière modification le 12-10-2015