Publications

34 résultats Voir en premier : les plus pertinents | les plus récents
    • Drogues, Statistiques
    • 2012
    • Article
    • Anglais

    BACKGROUND:
    To determine the seroprevalence of hepatitis B (HBV), hepatitis C (HCV) and HIV infections in problem drug users (PDU) in Luxembourg. To measure the validity of self-reported test results provided by study participants as well as obtained through the national drug-monitoring system (RELIS).
    METHODS:
    In a cross-sectional multisite study, data were collected by voluntary, anonymous and assisted questionnaires and serological detection of antibodies and antigens. Out of 1169 contacts, 397 participants were recruited within in and out-of-treatment settings (84.2% injecting drug users; IDU).
    RESULTS:
    The prevalence of antibodies to HIV was 8/272 (2.9%; 95% CI 0.9% to 4.9%), to HCV 245/343 (71.4%; 66.6% to 76.2%), and 67/310 (21.6%; 17.1% to 26.2%) to total HBV antibodies and surface antigen (for IDU 5/202, 218/268 and 59/239, respectively). Specificity of study self-reports was very high for HBV and perfect for HCV and HIV. Sensitivity was 0.224, 0.798 and 0.800, respectively. Kappa scores provided degrees of agreement between serological tests and study self-reports of 0.89 for HIV, 0.65 for HCV and 0.25 for HBV. In contrast to simultaneous cross-sectional self-reports, secondary self-reported data (RELIS) showed high agreement for HIV and HBV infections and provided a good proxy for estimation of HCV seroprevalence.
    CONCLUSION:
    HIV testing routines in PDU should be completed at least by HBV and HCV detection given the poor validity of cross-sectional self-reports on hepatitis infections. HIV and hepatitis prevalence estimations in PDU gain by relying on multisite/setting data collection. Research should further investigate the validity of HIV and hepatitis self-reports from routine drug-monitoring systems versus cross-sectional surveys.

    Souce: Pubmed

    • Date de parution:
    • Editeur: BMJ
    • Statistiques, Maladies
    • 2003
    • Article
    • Français

    J. Le Sein, 2003, t. 13, n° 2 (Congrès: Dépistage et diagnostic précoce, apport du numérique, Luxembourg, 23/05/2003)
    Au début des années 1990, confrontées à un taux élevé de cancers du sein dans la population, les autorités politiques luxembourgeoises ont décidé de mettre en place un dépistage organisé au niveau national. L’un des soucis principaux a été dès le début de respecter une méthodologie rigoureuse, imprégnée des recommandations de la Commission Européenne. Le contrôle de qualité technique a été appliqué dès 1994, et l’accent a été mis sans relâche sur la formation des manipulatrices à l’évaluation de la qualité à la lecture des mammographies, surtout en positionnement. Les résultats des dix premières années sont repris ici, selon les référentiels internationaux reconnus : indicateurs d’impact, indicateurs de qualité, indicateurs précoces d’efficacité, indicateurs d’organisation. L’existence d’un seul laboratoire d’anatomopathologie et d’un seul registre des tumeurs a permis d’obtenir la majeure partie des résultats histologiques.
    En dix ans, un total de 69 780 mammographies a été réalisé, 32 853 (47 %) en « première mammographie », 36 927 en « mammographies subséquentes ». Les indicateurs de qualité et d’efficacité sont en général conformes aux normes européennes. Le taux de cancers de bon pronostic est élevé. Deux conclusions s’imposent : la participation des femmes au dépistage doit être régulière dans le temps, ne dépassant pas l’intervalle de deux ans entre deux dépistages ; et l’amélioration du dépistage des cancers de petite taille doit s’accompagner de l’évaluation d’un suivi diagnostique et thérapeutique adéquats, permettant de diminuer la mortalité sans doute, mais surtout la morbidité du traitement des cancers

    • Date de parution:
    • Editeur: Masson
    • Statistiques, Drogues
    • 2014
    • Article
    • Anglais

    BACKGROUND:
    To investigate social and economic inequalities in fatal overdose cases related to opioid and cocaine use, recorded in Luxembourg between 1994 and 2011.
    METHODS:
    Cross-examination of national data from law enforcement and drug use surveillance sources and of forensic evidence in a nested case-control study design. Overdose cases were individually matched with four controls, when available, according to sex, year of birth, drug administration route and duration of drug use. 272 cases vs 1056 controls were analysed. Conditional logistic regression analysis was performed to assess the respective impact of a series of socioeconomic variables.
    RESULTS:
    Being professionally active [OR=0.66 (95% CI 0.45-0.99)], reporting salary as main legal income source [OR=0.42 (95% CI 0.26-0.67)] and education attainment higher than primary school [OR=0.50 (95% CI 0.34-0.73)] revealed to be protective factors, whereas the professional status of the father or legal guardian of victims was not significantly associated to fatal overdoses.
    CONCLUSIONS:
    Socioeconomic inequalities in drug users impact on the occurrence of fatal overdoses. Compared to their peers, users of illicit drugs with lower socioeconomic profiles show increased odds of dying from overdose. However, actual and self-referred socioeconomic characteristics of drug users, such as educational attainment and employment, may have a greater predictive value of overdose mortality than the parental socioeconomic status. Education, vocational training and socio-professional reintegration should be part of drug-related mortality prevention policies.

    Souce: Pubmed

    • Date de parution:
    • Editeur: Elsevier
    • Médicaments, Maladies
    • 2006
    • Article
    • Français

    Bulletin de la Societe des sciences medicales du Grand-Duche de Luxembourg, 2006, n°1, p.29-35.
    Le but de cette étude a été d’estimer la prévalence du diabète au Luxembourg, de la comparer à celle rapportée en 1991 et d’évaluer les éventuels changements dans les conduites thérapeutiques.

    • Date de parution:
    • Editeur: Société des Sciences Médicales du Grand-Duché de Luxembourg
    • Drogues
    • 2014
    • Carte
    • Français, Allemand

    Dans le cadre du projet interrégional MAG-Net 2, une série de cartes postales a été élaborée. Ces cartes postales sont destinées aux professionnels de la santé. Les substances traitées sont le tabac, l’alcool, le cannabis, l’ecstasy, le LSD, les amphétamines, la cocaïne et les nouveaux produits de synthèse (NPS). Chaque carte reprend de façon claire et concise des informations sur les conséquences d’une consommation sur la santé, assorties d’éventuels conseils de réduction de risques.
    Les cartes postales sont disponibles en langues française et allemande et peuvent être commandées gratuitement (en indiquant le nombre de cartes que vous désirez recevoir par substance et par langue):
    mail: m2@cept.lu
    téléphone: +352 49 77 77 23
    fax: +352 40 89 93

    • Date de parution:
    • Editeur: Centre de Prévention des Toxicomanies (CePT)
    • Maladies
    • 2013
    • carte
    • Allemand, Anglais, Français, Portugais

    Les cancers de la peau sont visibles, bien connaître sa peau peut faire la différence. dans le cadre d’Euromelanoma 2013 , la campagne européenne de prévention des cancers de la peau, ce document explique aux gens comment contrôler leur peau: ce qu'ils doivent voir, comment ils doivent se regarder et surtout où regarder.

    • Date de parution:
    • Editeur: Ministère de la Santé - Direction de la santé
    • Maladies, Santé sexuelle
    • 2010
    • carte
    • Français, Anglais

    Cette carte postale fait partie de la campagne sensibilisation : « Style doesn’t matter, protection does ! » rappelant la nécessite de protection contre le virus HIV.

    • Date de parution:
    • Editeur: Ministère de la Santé - Direction de la santé Aidsberodung - Croix-Rouge luxembourgeoise (SIDA)
    • Don d'organes, Droits du patient
    • 2008
    • carte
    • Français

    Le don d’organes est un acte de générosité et de solidarité qui peut sauver des vies.

    Toute décision personnelle en matière de don d’organes est et sera respectée. C’est pourquoi il est essentiel de faire connaître sa volonté, et d’en parler à ses proches. L’adoption de la nouvelle carte de donneur d’organes, également appelée « passeport de vie », l’inscription de votre volonté sur ce passeport, faciliteront largement le travail des équipes médicales et soignantes, sachant que la procédure de prélèvement et de transplantation d’un organe est une opération délicate et souvent une course contre la montre. Le fait de porter votre passeport de vie sur vous évitera également à vos proches d’être confrontés à la lourde charge émotionnelle de devoir prendre une décision à votre place lors d’une situation de décès éventuelle, souvent inattendue et difficile. Voulez-vous aider quelqu’un à vivre après votre mort ? Alors adoptez le « passeport de vie », car le don d’organes, c’est un don de vie !

    • Date de parution:
    • Editeur: Ministère de la Santé
    • Maladies
    • 2012
    • Carte
    • Français

    A l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le Sida, cette carte postale est distribuée au Luxembourg dans tous les lieux de sortie nocturne.
    Un test de dépistage simple, gratuit et anonyme peut être fait dans différent lieux listés sur cette carte.

    • Date de parution:
    • Editeur: Ministère de la Santé - Direction de la santé Aidsberodung - Croix-Rouge luxembourgeoise (SIDA)
    • Maladies, Santé sexuelle
    • 2008
    • Carte
    • Français

    Ces cartes postales font partie de la campagne de sensibilisation concernant la lutte contre le SIDA. « S'envoyer en l'air sans préservatif, c'est SIDAngereux! ». Elles sont distribuées aux médecins généralistes, aux gynécologues, aux pharmacies, aux communes et aux lycées.

    • Date de parution:
    • Editeur: Ministère de la Santé Aidsberodung - Croix-Rouge luxembourgeoise (SIDA)
  • Dernière modification le 12-10-2015