Publications

8 résultats Voir en premier : les plus pertinents | les plus récents
    • Politique nationale, Système de santé
    • 2011
    • Communiqué
    • Français, Anglais

    Aperçu de la situation des soins de longue durée au Luxembourg issu du rapport de l'OCDE "Besoin d’aide ? La prestation de services et le financement de la dépendance" : Notes et faits saillants pour le Luxembourg.

    • Date de parution:
    • Editeur: Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE)
    • Politique nationale, Système de santé
    • 2010
    • Exposé
    • Allemand, Anglais, Français

    En ce qui concerne les dépenses de santé par tête d’habitant (4162 USD en 2006) le Luxembourg figure depuis quelques années dans le peloton de tête mondial, après les USA, la Norvège et la Suisse.
    Les dépenses de santé à charge de la Caisse Nationale de Santé, financée par les partenaires sociaux et l’Etat, sont publiques à 92,4 %, ce qui fait que les dépenses personnelles (out of pocket) sont les plus faibles parmi les pays de l’OCDE et ne pèsent que pour environ 1,5 % dans le budget des ménages-

    • Date de parution:
    • Editeur: Ministère de la Santé
    • Politique nationale, Système de santé
    • 2009
    • Exposé
    • Français, Allemand, Anglais

    Le système de santé de chaque pays est une émulation de son histoire et le système luxembourgeois n’échappe pas à la règle.

    Si, sur base du programme gouvernemental, c’est actuellement le Ministère de la Santé a pour missions de piloter et de coordonner le système et d’opérationnaliser les buts fixés sur base de valeurs telles que la solidarité, l’universalité, l’équité d’accès et de traitement et autres, le développement durable et dispose à cet effet d’un arsenal de moyens, tel n’a pas toujours été le cas.

    En effet, ce ministère, hormis une apparition éphémère au lendemain de la 2ème Guerre Mondiale, n’a été mis en place, via un secrétariat d’Etat, que depuis 1956 et sa principale administration, la Direction de la Santé, ne s’est véritablement déployée que vers la fin du 20ème siècle.

    Aussi jusqu’à la fin des années 60, le rôle du Ministère de la Santé se limitait à veiller, d’abord avec le Collège Médical et ensuite avec la Direction de la Santé, à l’hygiène publique, à gérer les rares établissements que l’Etat avait créés par subsidiarité - comme l’asile pour aliénés, les sanatoriums pour tuberculeux et autres, l’établissement de cures thermales - et à surveiller les tâches déléguées à différents organismes dans des domaines indispensables à la santé publique mais dont le financement n’était pas pris en charge par les caisses de maladie, mais à défaut par l’Etat.

    Ce n’est qu’à partir des années 70 que l’Etat s’est engagé davantage dans le cofinancement des structures de santé et de l’assurance maladie. En même temps, il a confié par voie légale le rôle de contrôle des actions de santé à la Direction de la Santé et a progressivement mis en place un tissu législatif portant notamment sur l’exercice des professions de santé, l’organisation des soins urgents, la planification des établissements hospitaliers, la prise en charge des grossesses, des nouveau-nés, puis ultérieurement sur la médecine scolaire et celle du travail et s’est ainsi qu’il s’est donné les moyens pour jouer son rôle naturel de pilote d’un système de santé émergeant.

    Garant des valeurs, mais aussi d’un financement et d’un développement durables, il a ainsi progressivement pris en main la sécurité sociale et le secteur de la santé tout en veillant à une évolution consensuelle dont les principales caractéristiques sont actuellement les suivantes :

    • couverture universelle de la population via une assurance maladie et une assurance dépendance obligatoires,
    • prépondérance de l’exercice libérale de la médecine avec le médecin comme initiateur de toutes prestations opposables à l’assurance maladie,
    • conventionnement obligatoire des prestataires autorisés à exercer une profession ou une activité de santé,
    • libre choix du prestataire par le patient et accès direct au médecin spécialiste,
    • planification du secteur hospitalier et pharmaceutique,
    • équité de traitement des prestataires (personnes morales ou physiques) quelque soit leur statut.

    • Date de parution:
    • Editeur: Ministère de la Santé
    • Politique nationale, Système de santé
    • 2015
    • Fiche
    • Anglais

    “Agence eSanté, Luxembourg’s national agency for the exchange and sharing of medical data ”
    Agence eSanté was founded in 2011 as an Economic Interest Group (G.I.E). Its roots go back to 2006, the year in which the Luxembourg government adopted the national Health Action Plan. The first projects launched further to this Action Plan revealed that healthcare professionals needed a platform allowing them to share medical data. Thus, Luxembourg Government decided in 2010 to create a national agency that would be in charge of implementing such digital platform. The Healthcare Reform Law voted in December 2010 laid the legal basis for the establishment of Agence eSanté, which became operational in 2012 and has since then been in charge of the development of a coherent national eHealth strategy.
    The eSanté team currently consists of 14 professionals who drive and monitor the various projects that are required for the deployment of the eHealth platform and its services. The interdisciplinary team with its variety of profiles provides the necessary diversity in expertise and also reflects the technological, professional and cultural challenges of this ambitious national project.
    When and where required additional advice and know-how is sought with external specialists. And to make sure that the services put in place by the agency respond to the requirements and practical needs of the different actors of Luxembourg’s healthcare sector, Agence eSanté involves the relevant stakeholders in work groups and thematic exchanges so as to integrate their input in its decision-taking-process.

    • Date de parution:
    • Editeur: Agence eSanté
    • Politique nationale, Système de santé
    • 2015
    • Fiche
    • Français, Luxembourgeois, Allemand, Anglais, Portugais

    Häufig gestellte Fragen
    Was ist die gemeinsame Pflegeakte
    Wird die DSP die Patientenakten der einzelnen Träger ersetzen?
    Welche Informationen befinden sich im DSP?
    Ist die DSP verpflichtend für den Bürger ?
    Wer hat Zugang zur DSP ?
    Wo werden die Daten der Gesundheitsakte gespeichert ?
    Wie wird die Sicherheit der Daten gewährleistet ?

    • Date de parution:
    • Editeur: Agence eSanté
    • Politique nationale, Système de santé
    • 2015
    • Rapport
    • Anglais

    [Systèmes de santé en transition (HIT): Luxembourg]

    The Luxembourgish health system is facing unique challenges amongst EU member states. First, it has the highest per capita health spending in PPP amongst European countries. Secondly, Luxembourg is lacking capacity to train health personnel and is facing shortages in some specialty care, which also necessitates a generous policy towards receiving care abroad.

    Reforms in 2008 and 2010 have targeted these challenges by establishing a single health insurance fund envisioned to play a stronger role in cost-containment and introducing e-health. Especially in hospital care there is room for efficiency gains. An average length of stay that remains high, combined with low bed occupancy rates reflect the lack of incentives in the financing mechanism which is based on patient-days from a global hospital budget. Current reforms aim at the implementation of national structured health information system for hospital services, which is prerequisite to further announced reforms such as the introduction of a DRGs based system.

    Additionally, patient empowerment was strengthened in 2014, which gave patients the right to receive all relevant information on health status and treatment options. In line with the 2011 European cross-border Directive, patients are now able to obtain information on treatment options abroad and related costs. In 2012, 16 % of patients received care abroad, which is the highest number in the EU and far above the EU average of 4 %.

    HiT health system reviews are country-based reports that provide a detailed description of a country's health system and of reform and policy initiatives in progress or under development. More up-to-date information on many countries can be found on our Health Systems and Policy Monitor (HSPM).

    • Date de parution:
    • Editeur: Observatoire Européen des Systèmes et Politiques de Santé [European Observatory on Health Systems and Policies]
  • Dernière modification le 12-10-2015