Publications

6 résultats Voir en premier : les plus pertinents | les plus récents
    • Politique internationale, Environnement
    • 2014
    • Rapport
    • Anglais, Français

    Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale de l’UE repose sur des programmes d’action définissant les objectifs prioritaires à atteindre sur une période de plusieurs années. Le programme actuel, le septième du genre, a été adopté par le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne en novembre 2013. Il couvre la période allant jusqu’à 2020.

    Dans le cadre de ce programme d’action pour l’environnement (PAE), l’UE a convenu d’intensifier ses efforts pour protéger notre capital naturel, stimuler une innovation et une croissance à faibles émissions de carbone, économes en ressources pour préserver la santé et le bien-être des personnes, tout en respectant les limites naturelles de la Terre.

    Il s’agit d’une stratégie commune qui doit orienter l’action à venir des institutions européennes et des États membres, qui partagent la responsabilité de sa mise en oeuvre et la réalisation de ses objectifs prioritaires.

    Le programme énumère neuf objectifs prioritaires et les actions que l’UE doit mener pour les atteindre à l’horizon 2020, à savoir:

    1. protéger, conserver et améliorer le capital naturel de l’Union;
    2. faire de l’Union une économie efficace dans l’utilisation des ressources, verte, compétitive et à faibles émissions de carbone;
    3. protéger les citoyens de l’Union contre les pressions et les risques pour la santé et le bien-être liés à l’environnement;
    4. tirer le meilleur profit de la législation de l’Union dans le domaine de l’environnement en améliorant sa mise en oeuvre;
    5. mieux connaître l’environnement et améliorer la base de connaissances étayant la politique;
    6. garantir la réalisation d’investissements appuyant les politiques dans les domaines de l’environnement et du changement climatique tout en prenant compte des coûts environnementaux de toutes les activités sociétales;
    7. mieux intégrer la dimension environnementale dans les autres politiques et garantir la cohérence lors de l’élaboration de nouvelles politiques;
    8. rendre les villes de l’Union européenne plus durables;
    9. aider l’Union à aborder plus efficacement les enjeux environnementaux et climatiques internationaux.

    • Date de parution:
    • Editeur: Office des publications de l'Union européenne
    • Environnement
    • 2012
    • Rapport
    • Anglais

    [Les inégalités en matière d'hygiène de l'environnement en Europe. Rapport d'évaluation]

    The unequal distribution of people’s exposure to – and potentially of disease resulting from – environmental conditions is strongly related to a range of sociodemographic determinants. Interventions to tackle such environmental health inequalities need to be based on an assessment of their magnitude and on the identification of population groups that are most exposed or most vulnerable to environmental risks. But data are scarce.

    To address this gap, and follow up on the commitments made at the Fifth Ministerial Conference on Environment and Health in Parma, Italy in 2010, the WHO Regional Office for Europe has carried out a baseline assessment of the magnitude of environmental health inequality in the European Region based on a core set of 14 inequality indicators.

    The main findings indicate that socioeconomic and demographic inequalities in risk exposure are present in all countries, though they vary from country to country. The report reviews inequalities related to housing, injuries, and the environment, identifies gaps in evidence that still need to be filled, and suggests priority action to be taken at both the subregional and the national level, bearing in mind those national variations.

    • Date de parution:
    • Editeur: Organisation Mondiale de la Santé (OMS) [World Health Organization (WHO)]
    • Environnement
    • 2012
    • Rapport
    • Anglais

    [Impact sanitaire du carbone noir]
    This report presents the results of a systematic review of evidence of the health effects of black carbon (BC). Short-term epidemiological studies provide sufficient evidence of an association of daily variations in BC concentrations with short-term changes in health (all-cause and cardiovascular mortality, and cardiopulmonary hospital admissions). Cohort studies provide sufficient evidence of associations of allcause and cardiopulmonary mortality with long-term average BC exposure. Studies of short-term health effects suggest that BC is a better indicator of harmful particulate substances from combustion sources (especially traffic) than undifferentiated particulate matter (PM) mass, but the evidence for the relative strength of association from long-term studies is inconclusive. The review of the results of all available toxicological studies suggested that BC may not be a major directly toxic component of fine PM, but it may operate as a universal carrier of a wide variety of chemicals of varying toxicity to the lungs, the body’s major defence cells and possibly the systemic blood circulation. A reduction in exposure to PM2.5 containing BC and other combustion-related PM material for which BC is an indirect indicator should lead to a reduction in the health effects associated with PM.

    • Date de parution:
    • Editeur: Organisation Mondiale de la Santé (OMS) [World Health Organization (WHO)]
    • Environnement
    • 2011
    • Rapport
    • Anglais

    [La charge de morbidité imputable au bruit ambiant. Quantification du nombre d’années de vie en bonne santé perdues en Europe]

    Les effets sanitaires du bruit ambiant sont une source de préoccupation croissante. En Europe occidentale, au moins un million d’années de vie en bonne santé sont perdues chaque année en raison du bruit causé par la circulation.

    Cette publication résume les bases factuelles sur la relation existant entre le bruit ambiant et les effets sur la santé, notamment les maladies cardiovasculaires, les troubles cognitifs, les perturbations du sommeil, les acouphènes et les désagréments. Pour chacun d’eux, la méthodologie de la charge de morbidité environnementale, basée sur la relation exposition/réaction, la répartition de l’exposition, la prévalence sous-jacente de la maladie et les poids des incapacités en ce qui concerne l’issue, est appliquée pour calculer la charge de morbidité en termes d’années de vie corrigées de l’incapacité. Il manque toujours des données pour le reste de la Région européenne de l’OMS.

    Cette publication fournit aux responsables politiques et à leurs conseillers un appui technique dans leur évaluation quantitative des risques liés au bruit ambiant. Les autorités internationales, nationales et locales peuvent utiliser ces méthodes d’évaluation pour prioriser et planifier les politiques de l’environnement et de la santé publique.

    • Date de parution:
    • Editeur: Organisation Mondiale de la Santé (OMS) [World Health Organization (WHO)]
    • Environnement
    • 2010
    • Rapport
    • Anglais

    [Valeurs guides de l’OMS pour la qualité de l’air intérieur : le cas de plusieurs polluants]
    This book presents WHO guidelines for the protection of public health from a number of chemicals commonly present in indoor air. The substances considered – benzene, carbon monoxide, formaldehyde, naphthalene, nitrogen dioxide, polycyclic aromatic hydrocarbons (especially benzo[a]pyrene), radon, trichloroethylene and tetrachloroethylene have indoor sources, are known for their hazardousness to health and are often found indoors in concentrations of concern to health. For each substance, the chapter covers a general description, the sources and pathways of exposure, the indoor–outdoor relationship, kinetics and metabolism, the health effects, a health risk evaluation, the guidelines, a summary box and references.
    These guidelines are targeted at public health professionals involved in preventing the health risks of environmental exposures, as well as at specialists and authorities involved in the design and use of buildings, indoor materials and products. They provide a scientific basis for legally enforceable standards.

    • Date de parution:
    • Editeur: Organisation Mondiale de la Santé (OMS) [World Health Organization (WHO)]
    • Environnement, Maladies, Statistiques
    • 2007
    • Rapport
    • Français, Anglais

    Quelle est la charge de morbidité qui pourrait être évitée grâce à une meilleure gestion de notre environnement? Celui-ci influence notre santé de diverses façons — à travers des expositions à des facteurs de risques physiques, chimiques et biologiques, ainsi qu'à travers nos changements de comportement face à ces risques.

    Pour répondre à cette question, une étude exhaustive de la littérature et l'expertise de plus de 100 experts du monde entier ont été compilées dans un rapport intitulé "Prévenir la maladie grâce à un environnement plus sain".

    Celui-ci présente une étude complète sur la manière dont l'environnement dans son ensemble, particulièrement celui que l'on peut modifier (voir encadré), a un impact sur la santé.

    Le pourcentage de la maladie, imputable à l'environnement, est donné pour 85 catégories de maladies et de traumatismes, et est indiqué pour les 14 régions de l'OMS.

    Les résultats montrent que des facteurs de risques environnementaux jouent un rôle dans plus de 80% des maladies régulièrememnt recensées par l'Organisation mondiale de la Santé. Globalement, on estime que 24% de la charge mondiale de morbidité et 23% de tous les décès peuvent être attribués à des facteurs environnementaux. Parmi les enfants (0-14 ans), ces chiffres s'élèvent à plus d'un tiers de la charge de morbidité.

    Ces premières estimations peuvent avoir d'importantes implications pour les preneurs de décisions car les riques environnementaux pris en compte dans cette recherche pourraient être réduits de façon significative par des interventions dont le ratio coût-efficacité a été prouvé. En outre, ces investissements coordonnés pourraient contribuer à promouvoir l'application de stratégies de développement plus rentables et porteuses de multiples avantages sociaux et économiques.

    • Date de parution:
    • Editeur: Organisation Mondiale de la Santé (OMS) [World Health Organization (WHO)]
  • Dernière modification le 12-10-2015