Publications

8 résultats Voir en premier : les plus pertinents | les plus récents
    • Santé mentale, Politique nationale, Système de santé
    • 2010
    • Article
    • Français

    Forum 302 “Santé mentale”, décembre 2010, p.26-29
    Pourquoi fallait-il une réforme de la psychiatrie ? On sait aujourd’hui que les troubles psychiatriques sont très répandus dans les pays développés et touchent en moyenne 10 % de la population. L’OMS prédit qu’en 2020, les dépressions seront la 2e source du fardeau global des maladies, l’alcool et les drogues ainsi que leur cortège de conséquences indésirables étant déjà actuellement à un stade endémique.

    • Date de parution:
    • Editeur: Ministère de la Santé
    • Politique nationale, Système de santé
    • 2010
    • Exposé
    • Allemand, Anglais, Français

    En ce qui concerne les dépenses de santé par tête d’habitant (4162 USD en 2006) le Luxembourg figure depuis quelques années dans le peloton de tête mondial, après les USA, la Norvège et la Suisse.
    Les dépenses de santé à charge de la Caisse Nationale de Santé, financée par les partenaires sociaux et l’Etat, sont publiques à 92,4 %, ce qui fait que les dépenses personnelles (out of pocket) sont les plus faibles parmi les pays de l’OCDE et ne pèsent que pour environ 1,5 % dans le budget des ménages-

    • Date de parution:
    • Editeur: Ministère de la Santé
    • Santé mentale, Politique nationale, Système de santé
    • 2009
    • Exposé
    • Français

    On sait aujourd’hui que les troubles psychiatriques sont très répandus dans les pays développés et touchent en moyenne 10% de la population. L’OMS prédit qu’en 2020 les dépressions seront la 2ème source du fardeau global des maladies, l’alcool et les drogues et leur cortège de conséquences indésirables étant déjà actuellement à un stade endémique.
    Mais on sait aussi que grâce aux progrès de la prise en charge et notamment de la pharmacologie depuis les années 50, les troubles du comportement, à de rares exceptions près, peuvent être traités sans éloigner les malades de leur environnement normal.
    Cet exposé récapitule la mise en place de la réforme de la psychiatrie au Grand-Duché et fait le point en 2009 sur les acquis et les défis à venir.

    • Date de parution:
    • Editeur: Ministère de la Santé
    • Politique nationale, Système de santé
    • 2009
    • Exposé
    • Français, Allemand, Anglais

    Le système de santé de chaque pays est une émulation de son histoire et le système luxembourgeois n’échappe pas à la règle.

    Si, sur base du programme gouvernemental, c’est actuellement le Ministère de la Santé a pour missions de piloter et de coordonner le système et d’opérationnaliser les buts fixés sur base de valeurs telles que la solidarité, l’universalité, l’équité d’accès et de traitement et autres, le développement durable et dispose à cet effet d’un arsenal de moyens, tel n’a pas toujours été le cas.

    En effet, ce ministère, hormis une apparition éphémère au lendemain de la 2ème Guerre Mondiale, n’a été mis en place, via un secrétariat d’Etat, que depuis 1956 et sa principale administration, la Direction de la Santé, ne s’est véritablement déployée que vers la fin du 20ème siècle.

    Aussi jusqu’à la fin des années 60, le rôle du Ministère de la Santé se limitait à veiller, d’abord avec le Collège Médical et ensuite avec la Direction de la Santé, à l’hygiène publique, à gérer les rares établissements que l’Etat avait créés par subsidiarité - comme l’asile pour aliénés, les sanatoriums pour tuberculeux et autres, l’établissement de cures thermales - et à surveiller les tâches déléguées à différents organismes dans des domaines indispensables à la santé publique mais dont le financement n’était pas pris en charge par les caisses de maladie, mais à défaut par l’Etat.

    Ce n’est qu’à partir des années 70 que l’Etat s’est engagé davantage dans le cofinancement des structures de santé et de l’assurance maladie. En même temps, il a confié par voie légale le rôle de contrôle des actions de santé à la Direction de la Santé et a progressivement mis en place un tissu législatif portant notamment sur l’exercice des professions de santé, l’organisation des soins urgents, la planification des établissements hospitaliers, la prise en charge des grossesses, des nouveau-nés, puis ultérieurement sur la médecine scolaire et celle du travail et s’est ainsi qu’il s’est donné les moyens pour jouer son rôle naturel de pilote d’un système de santé émergeant.

    Garant des valeurs, mais aussi d’un financement et d’un développement durables, il a ainsi progressivement pris en main la sécurité sociale et le secteur de la santé tout en veillant à une évolution consensuelle dont les principales caractéristiques sont actuellement les suivantes :

    • couverture universelle de la population via une assurance maladie et une assurance dépendance obligatoires,
    • prépondérance de l’exercice libérale de la médecine avec le médecin comme initiateur de toutes prestations opposables à l’assurance maladie,
    • conventionnement obligatoire des prestataires autorisés à exercer une profession ou une activité de santé,
    • libre choix du prestataire par le patient et accès direct au médecin spécialiste,
    • planification du secteur hospitalier et pharmaceutique,
    • équité de traitement des prestataires (personnes morales ou physiques) quelque soit leur statut.

    • Date de parution:
    • Editeur: Ministère de la Santé
    • Santé mentale, Politique nationale, Système de santé
    • 2008
    • Exposé
    • Français

    Au Grand-duché, les principes à la base de la réforme de la psychiatrie, prônée par les rapports Haefner, Rössler, Salize (1993) et Rössler (2005), commandités par le Gouvernement, visent à mettre en oeuvre une stratégie pour prendre précocement en charge ces malades afin de les faire bénéficier de traitements conformes aux données acquises par la science, par des prestataires qualifiés et à des niveaux d’intervention, si possible de proximité.

    • Date de parution:
    • Editeur: Ministère de la Santé
  • Dernière modification le 12-10-2015