Publications

19 résultats Voir en premier : les plus pertinents | les plus récents
    • Maladies, Santé sexuelle, Statistiques
    • 2012
    • Rapport
    • Anglais

    [Indice européen de performance pour la lutte contre l'hépatite]
    Chaque année, les troubles hépatiques causent 125.000 décès en Europe, où quelques 23 millions de personnes sont atteintes, le plus souvent sans le savoir, d'une forme d'hépatite. Ces personnes constituent par conséquent un facteur de risque élevé eu égard à la propagation de cette infection. Une nouvelle étude vient d'être menée afin de comparer les traitements et les politiques de lutte contre l'hépatite dans 30 pays européens, et ainsi identifier les approches les plus efficaces afin d'élaborer une méthodologie de référence à l'échelle paneuropéenne pour la lutte contre l'hépatite. La France arrive en tête, suivie de la Slovénie et de l'Allemagne. Le Luxembourg se classe 19e, avec 663 points sur 1.000.

    • Date de parution:
    • Editeur: Health Consumer Powerhouse
    • Maladies, Santé sexuelle, Statistiques
    • 2012
    • Communiqué
    • Français

    Le Luxembourg devrait renforcer le dépistage de l'hépatite, selon un nouveau classement reprenant 30 pays européens ayant participé à l’enquête menée afin de comparer les traitements et les politiques de lutte contre l'hépatite.

    • Date de parution:
    • Editeur: Health Consumer Powerhouse
    • Maladies, Statistiques
    • 2012
    • Rapport
    • Anglais

    [Statistiques européennes de maladies cardiovasculaires 2012]
    This is the fourth edition of European Cardiovascular Disease Statistics. This fourth edition is published jointly by the European Heart Network, the European Society of Cardiology and the British Heart Foundation Health Promotion Research Group, Department of Public Health, University of Oxford. It is part of the European Heart Health Strategy II (EuroHeart II) project and benefits from co-funding from the European Union in the framework of the health programme. CVD remains the main cause of death in Europe with very significant differences in mortality rates between countries.
    The differences are greatest between Northern, Southern and Western European countries and Central and Eastern European Countries. There are also differences between Western and Southern European countries with Southern European countries still having lower death rates from CVD than Western European countries. However, policy makers need to consider the differences and take a close look at risk factor prevalence and trends. Differences between Southern and Western European countries may persist but they are narrowing. This may be good news for Western Europe not necessarily for Southern Europe.
    The data presented in the fourth edition of European Cardiovascular Disease Statistics show that our efforts to reduce mortality from cardiovascular diseases have been successful. Most noticeably, following steep increases in CVD mortality in some Central and Eastern European countries, these countries are now since the mid-2000 experiencing a decrease. However, the cost to the European Union economies of cardiovascular diseases (CVD) is not decreasing.
    A read through the chapters of the European Cardiovascular Disease Statistics confirms that Europe suffers badly from lack of data and, particularly, lack of comparable data. This is true for prevalence and incidence rates, rates of surgical procedures as well as for diets. The European Union has an important task in developing standard methods for collecting information or agreed procedures for calibration of locally appropriate methods and questionnaires, to ensure effective service planning and quality of care for patients across the European Union.

    • Date de parution:
    • Editeur: European Heart Network (EHN)
    • Maladies
    • 2012
    • Test d'autoévaluation
    • Français, Allemand

    Présentez-vous un risque d'ostéoporose ? Voici 19 questions simples qui vous permettront d’évaluer votre santé osseuse.
    Une femme sur trois ou un homme sur cinq sont concernés par l’ostéoporose. L’ostéoporose fragilise vos os et provoque des fractures osseuses qui peuvent donner lieu à des handicaps sévères.

    • Date de parution:
    • Editeur: Ministère de la Santé - Direction de la santé
    • Petite enfance, Ecole, Hygiène, Maladies
    • 2012
    • Rapport

    [Prévention de l'infection à norovirus dans les écoles et les garderies d'enfants - Consultation publique]

    In line with ECDC’s commitment to openness and transparency, and in order to receive comments from the scientific community and stakeholders, ECDC is launching a public consultation on the technical report “Prevention of norovirus infection in schools and childcare facilities”.

    This technical report synthesises current international guideline recommendations and reviews findings related to the prevention and control of gastroenteritis outbreaks in schools and child care facilities. The particular focus of the report is on norovirus, which is one of the most common causes of childhood gastroenteritis and with epidemiological characteristics that promote a high rate of infectivity and transmission.

    The report also aims to contribute to identifying the key facts that can support message development for the implementation of health communication activities in child care settings.

    • Date de parution:
    • Editeur: European Centre for Disease prevention and Control (ECDC)
    • Politique internationale, Maladies
    • 2012
    • Rapport
    • Anglais

    [Rapport 2012 sur l’état de l’art des activités relatives aux maladies rares en Europe - Partie I: Aperçu des activités sur les maladies rares en Europe ]
    This document was produced by the Scientific Secretariat of the European Union Committee of Experts on Rare Diseases (EUCERD), through the EUCERD Joint Action: Working for Rare Diseases (N° 2011 22 01), which covers a three year period (March 2012 – February 2015).
    The present report aims to provide an informative and descriptive overview of rare disease activities at European Union (EU) and Member State (MS) level in the field of rare diseases and orphan medicinal products up to the end of 2011. A range of stakeholders in each Member State/country have been consulted during the elaboration of the report, which has been validated as an accurate representation of activities at national level, to the best of their knowledge, by the Member State/country representatives of the European Union Committee of Experts on Rare Diseases. The reader, however, should bear in mind that the information provided is not exhaustive and is not an official position of either the European Commission, its Agencies or national health authorities.
    The report is split into five parts available on the EURCED website

    • Part I: Overview of rare disease activities in Europe
    • Part II: Key developments in the field of rare diseases in 2011
    • Part III: European Commission activities in the field of rare diseases
    • Part IV: European Medicines Agency activities and other European activities in the field of rare diseases
    • Part V: Activities in EU Member States and other European countries in the field of rare diseases
    Each part contains the following description of the methodology, sources and validation process of the entire report, and concludes with a selected bibliography and list of persons having contributed to the report.

    • Date de parution:
    • Editeur: European Union Committee of Experts on Rare Diseases (EUCERD)
    • Maladies, Statistiques
    • 2012
    • Périodique
    • Français

    Cette publication décrit les taux de mortalité et d’incidence colligées sur 20 ans, le volume d’activité et quelques indicateurs précoces de qualité du Programme Mammographie au cours des années 2006 à 2010, ainsi que les données concernant la prise en charge chirurgicale des femmes atteintes d’un cancer du sein.

    Au Luxembourg, sur les dernières décennies, l’incidence du cancer du sein a augmenté surtout pour les femmes de 50-69 ans et 70-79 ans.

    Un programme de dépistage organisé (PM: «Programme Mammographie») vise entre autres à diminuer la mortalité par cancer du sein dans la population concernée. Le recul est actuellement suffisant pour dire que le taux de mortalité a diminué de 55 pour 100 000 (1990-1999) à 46 pour 100 000 (2000-2009) pour les femmes âgées de 50 à 69 ans.

    Entre 2006 et 2010, le dépistage organisé atteint un taux de participation de 62%. Le taux de rappel pour bilan lors d’une 1ère participation est de 7,5% ; lors des participations ultérieures, il est de 3,8%, ce qui est conforme aux recommandations européennes.

    Le taux de cancers détectés pour 1000 femmes dépistées pendant la période d’observation de 5 ans est de 6,4‰.

    La double lecture des mammographies s’avère importante: 90 (18,5%) des 487 cancers dépistés ont été rattrapés par ce système.

    La taille des cancers et le nombre des cancers invasifs sans envahissement ganglionnaire correspondent aux données des recommandations européennes. La valeur prédictive positive des biopsies percutanées reste à améliorer ; elle se chiffre entre 45% et 68% (normes européennes: au moins 67%). Néanmoins le ratio bénin/malin des biopsies chirurgicales est supérieur à 80%.

    Le taux de marquage préopératoire des tumeurs non palpables reste inférieur aux recommandations, bien qu’il soit passé de 55% en 2006 à 78% en 2010 (recommandations européennes: ≥ 90%).

    Sur les 5 années, 54 médecins différents ont procédé à des interventions chirurgicales mammaires. En 2010, les 90 cancers du sein ont été opérés par 33 opérateurs différents.

    Le recours à la technique du ganglion sentinelle reste largement inférieur aux normes européennes (70%), avec un taux en 2010 de 39,7%.

    La prise en charge des cancers in situ n’est pas conforme aux guidelines. Sur 79 cancers in situ, 23 patientes (29%) ont été traitées par mastectomie, avec prélèvement ganglionnaire pour 14 d’entre elles.

    En 2010-2011, un audit externe, commandité par le Ministre de la Santé, a analysé le système de dépistage, de diagnostic et de prise en charge du cancer du sein au Luxembourg. Cet audit a pointé divers éléments à améliorer. Pour atteindre une qualité des soins optimale et harmoniser les diverses modalités de prise en charge des cancers du sein dans les 5 établissements hospitaliers, une roadmap «Sein» a été élaborée afin de mettre en oeuvre les recommandations de cet audit.

    • Date de parution:
    • Editeur: Ministère de la Santé Direction de la Santé - Programme Mammographie
    • Maladies, Santé sexuelle, Politique nationale
    • 2012
    • Rapport
    • Français

    Et en 2011 ? - un nouveau plan d’action pour 5 ans.
    Quoi de neuf dans ce nouveau plan d’action? Essentiellement de la continuité, parce qu’on ne change pas une équipe / stratégie qui gagne. Mais quelques ajouts et nouveautés tout de même. Essentiellement l’extension de l’offre de dépistage : dépistage ciblé sur les groupes à haut risque d’une part et dépistage grand public d’autre part. Création de deux centres de dépistage anonyme et gratuit, au CHdN à Ettelbruck et au CHEM à Esch. Formation des laborantins et infirmières-préleveuses des laboratoires des hôpitaux et des laboratoires privés au counselling pré- et post -test. Extension des activités du DIMPS (dispositif d’intervention mobile pour la prévention et la promotion de la santé sexuelle), pour assurer une présence digne de ce nom aux lieux de rencontre gays, sur le trottoir, au centre Abrigado, aux foyers pour demandeurs d’asile. Ceci dans l’objectif d’amener le test aux personnes exposées mais qui n’auraient pas tendance à se rendre spontanément dans les centres de dépistage existant.
    Le projet aussi de former des pairs (peer educators) dans ces même groupe cibles pour amener le message au sein de groupes difficiles à toucher autrement ; facile sur papier mais en pratique comment apporter un message à des hommes aimant les hommes luxembourgeois qui sortent essentiellement à Metz, à Bruxelles ou à Saarbrucken ?
    Le souhait aussi de proposer plus systématiquement le dépistage dans des prises de sang faites pour une autre raison chez tous les patients, comme on fait généralement pour le dosage de la glycémie ou la numération formule sanguine. Pour essayer de diagnostiquer plus tôt dans leur évolution les porteurs du virus qui s’ignorent, et de ce fait continuent à transmettre le virus.
    2011 année record !?
    En nombre de nouveaux cas d’infection à HIV inclus dans la cohorte luxembourgeoise. 72 nouveaux cas d’infection à HIV diagnostiquées au Luxembourg. C’est effectivement le nombre le plus élevé depuis le début de l’épidémie. Mais 28 d’entre eux étaient déjà au courant de leur infection au moment de ce diagnostic, donc 44 « seulement » sont vraiment des nouveaux diagnostics.
    En conclusion : il n’y a donc pas de réelle augmentation du nombre de nouveaux cas par rapport aux années précédentes, mais le nombre en soi reste important. Et cela justifie pleinement les efforts de dépistage large, ciblé et précoce prévus dans le nouveau plan d’action.

    • Date de parution:
    • Editeur: Comité de Surveillance du SIDA Luxembourg
    • Vaccinations, Maladies
    • 2012
    • Communiqué
    • Allemand, Anglais, Français

    Les professionnels de santé peuvent donner cette fiche d'information aux parents pour les aider à informer sur les risques associés aux maladies à prévention vaccinales.

    • Date de parution:
    • Editeur: Organisation Mondiale de la Santé (OMS) [World Health Organization (WHO)]
  • Dernière modification le 12-10-2015