Insomnie

Avec l’âge, le sommeil aussi évolue. Comprendre ces particularités permet de réaliser que ces troubles du sommeil sont l'expression d'un vieillissement normal et que la prise de somnifères n’est pas toujours nécessaire.

Avec le temps, tout change

Rappelons qu’une nuit de sommeil est composée de plusieurs cycles de 90 minutes qui se succèdent. Chacun de ces cycles est divisé en 4 phases : le sommeil léger, le sommeil lent, le sommeil profond et le sommeil paradoxal.

Le sommeil dit profond est le plus réparateur, le sommeil paradoxal est pourvoyeur de rêves. Ces différentes phases du sommeil s'organisent en cycles, eux-mêmes séparés par un bref temps d'éveil.

Chez les seniors, la qualité du sommeil se modifie : les phases de sommeil profond et sommeil paradoxal diminuent avec les années. Le sommeil devient alors plus court et moins réparateur, ce qui donne une sensation de n’avoir pratiquement pas dormi de la nuit.

Avec le temps également, les réveils nocturnes entre chaque cycle sont plus nombreux et plus longs. Les besoins en sommeil se répartissent différemment sur 24 heures : les nuits sont plus courtes, tandis que les journées sont ponctuées de « coups de fatigue », qui peuvent être récupérés par des siestes.

Il n'y a rien de pathologique ni de nocif à ces variations physiologiques. Les troubles du sommeil liés au vieillissement sont incontournables et leurs répercussions augmentent avec l'âge. Cependant, il existe des mesures simples et efficaces pour lutter contre les mauvaises nuits sans faire immédiatement appel aux médicaments.

Quelques conseils pour mieux dormir

  • Reposez-vous en journée si vous en ressentez le besoin : une petite sieste d’une heure maximum vous sera bénéfique.
  • Levez-vous dès votre réveil matinal, préparez-vous un bon petit déjeuner et faites une promenade.
  • Évitez de vous mettre au lit avant d'avoir envie de dormir.
  • Évitez de prendre des médicaments pour dormir sans surveillance médicale.
  • Faites des exercices physiques tous les jours : une petite marche avant d’aller se coucher peut aider à mieux digérer son repas du soir.
  • Évitez de lire ou regarder la télévision au lit
  • Évitez de consommer des stimulants, surtout en deuxième partie de journée comme le café, le thé, l’alcool,…
  • Évitez de manger un repas copieux trop le soir.
  • Aménagez votre lit et votre chambre afin de vous sentir à l’aise : un environnement rassurant permet de mieux se détendre.
  • Utilisez une literie adaptée à vos besoins.
  • Assurez-vous que la température de votre chambre soit adéquate : ni trop chaud ni trop froid.
  • Préférez un endormissement dans le calme et l’obscurité.
  • Portez des vêtements de nuit confortables, légers et qui ne vous serrent pas trop.
  • Si l'endormissement se fait attendre plus d'une demi-heure, il est conseillé de sortir du lit et choisir une activité apaisante en évitant les lumières trop fortes comme écouter de la musique douce ou se prévoir des lectures faciles.

Consultez un médecin

Si ces conseils ne suffisent pas à gérer vos troubles du sommeil, consultez votre médecin de famille ou un gériatre.

En discutant avec vous, s’il constate que vous avez une des pathologies connues pour perturber le sommeil, il pourra vous proposer un traitement médicamenteux spécifique et adapté.

Consultez l’annuaire pour trouver le médecin le plus proche de chez vous.

  • Dernière modification le 28-09-2015