Troubles sexuels

L’âge en soi n’est pas une raison pour arrêter les pratiques sexuelles que vous avez appréciées tout au long de votre vie.

Maintenir les relations sexuelles est un bon moyen pour vous aider à conserver votre bien-être physique et psychologique. De plus, la tendresse, l’amour, l’estime de soi, la chaleur humaine et tous ces plaisirs corporels sont autant le droit des seniors que des plus jeunes.

Cependant, avec le temps, chacun peut noter un ralentissement de réponse. Ceci fait partie du processus normal de vieillissement. Même si on constate que le comportement sexuel se modifie, il suffit juste d’accepter ces changements et d’apporter quelques légères modifications afin de vous adaptez à votre condition physique.

Changements physiques qui surviennent avec le temps

Trouble de l’érection chez l’homme

La baisse de la production de testostérone chez un homme en train de vieillir peut affecter la fonction érectile, l'éjaculation et avoir une incidence sur sa libido.

  • l'érection n'apparait plus aussi rapidement,
  • le volume de sperme diminue,
  • le sperme est expulsé moins rapidement,
  • l’éjaculation est plus longue à venir,
  • la période entre 2 éjaculations est plus longue,
  • la sensibilité tactile du pénis est moins grande,
  • l'orgasme peut être moins intense,…

Face aux pannes sexuelles, la médecine a fait de grands progrès et apporte aujourd’hui des réponses médicamenteuses grâce aux inducteurs d’érection.

Toutefois, l’usage de ces médicaments peut être dangereux pour votre santé. Consultez toujours un médecin au préalable et n’achetez pas ce type de médicaments sur Internet.

Trouble du désir chez la femme

Quant à la femme, sa ménopause entraîne parfois des sécheresses vaginales. Ce changement peut avoir des répercussions sur l’harmonie sexuelle du couple en provoquant des douleurs lors des rapports sexuels (dyspareunie).

L'utilisation d’un simple lubrifiant au moment des rapports peut être une solution. Parfois, un traitement hormonal substitutif est conseillé. N’hésitez pas à en parler à votre médecin.

  • Dernière modification le 28-09-2015