Le radon dans la maison

Comment mesurer le radon ?

La Division de la Radioprotection (DRP) propose des mesures de la concentration en radon dans l’air dans les maisons au Luxembourg. Chaque ménage peut faire une demande de mesure de la concentration en radon dans l’air intérieur auprès de la DRP à l’aide d’u  formulaire de demande (lien vers le formulaire de demande d’analyse). Les mesures sont effectuées entre octobre et fin avril-début mai pendant trois mois. Les ménages reçoivent un kit contenant deux détecteurs de radon (Figure 1), appelés exposimètres et un questionnaire à remplir soigneusement sur les caractéristiques du bâtiment.

Un exposimètre est placé au rez-de-chaussée (niveau de référence) dans la pièce la plus fréquentée et un autre est généralement déposé dans la chambre à coucher. Après la période d’exposition, les exposimètres sont renvoyés à la DRP qui détermine la concentration moyenne en radon dans l’air. La mesure de la concentration en radon ainsi que l’analyse des résultats est proposée gratuitement par la Direction de la Santé aux résidents du Luxembourg.

Voies d’entrée du radon dans les maisons

Comme signalé précédemment, la source primaire du radon est une roche riche en uranium. D’autres sources de moindres importances sont aussi possibles comme certains matériaux de construction ou l’eau de distribution.
Le radon du sol pénètre dans les bâtiments principalement par le soubassement, notamment par les fissures, les joints et les canalisations ou par un défaut de l’étanchéité de l’enveloppe du bâtiment. Il va s’accumuler dans les pièces les moins aérées. Ainsi, les concentrations varient en fonction de plusieurs facteurs qui sont les caractéristiques du bâtiment, les équipements comme la ventilation, les paramètres environnementaux et le mode de vie des occupants (Figure 2 et 3).

La période de chauffage est une période pénalisante en terme de concentration en radon dans l’air. En effet, pendant cette période, l’air intérieur du bâtiment est plus chaud que l’air extérieur, ce qui entraîne un mouvement d’air dans le bâtiment connu sous le nom de « tirage thermique » ou « effet cheminée » (Figure 4).

Ce phénomène génère une légère dépression au niveau du plancher bas du bâtiment par rapport au sol situé sous le bâtiment. La différence de pression qui en résulte, facilite l’entrée du radon présent dans l’air contenu dans la porosité du sol. Le transport convectif, comme illustré à la figure 4, est en général la première cause de présence de radon dans un bâtiment.


Les appareils à combustion raccordés (tels que cheminée ou poêle à foyer ouvert) contribuent à accentuer le tirage thermique et par conséquence la mise en dépression du bâtiment.

  • Dernière modification le 30-05-2018