Campagnes de mesures

Campagnes 2018 - 2019

Principales conclusions des études 1991-2017

Principales conclusions des études - les facteurs de risque
Les études menées par la Division de la Radioprotection (DRP) ont permis d’identifier des facteurs de risque qui favorisent l’accumulation du radon dans une habitation :

  • situation géologique dans le nord du pays
  • constructions anciennes
  • absence de dalle en béton
  • absence de cave
  • absence de ventilation mécanique
  • présence d’une cheminée ou poêle sans apport d’air frais
  • absence d’étanchéité des raccordements et des passages de canalisation

Des maisons dans lesquelles des valeurs élevées en radon ont été constatées peuvent rassembler plusieurs de ces facteurs de risque.

Situation globale du pays

Sur une base de plus de 3500 mesures au total effectuées entre les années 1991-2017, un dépassement du NR est observé dans plus de 5% des habitations dans les 5 cantons du nord du pays (Clervaux, Wiltz, Vianden, Diekirch, Redange) (Figures 16 et 20).

Campagnes hiver 2017-2018

En novembre dernier, le dépliant « le Radon en dix questions » a été traduit en luxembourgeois et distribué aux foyers de quatre cantons du nord du pays. C’est une des actions prévues dans le plan national. Le but est de faire connaître la problématique du radon auprès de la population luxembourgeoise et d’inciter les citoyens à mesurer le radon. De nombreuses demandes ont été réceptionnées et les mesures sont en cours. Les résultats seront exploités à la fin du printemps 2018.

Études de mesures menées durant hiver 2016/2017

Étude des mesures de routine

Suite à la diffusion du dépliant « Le radon en 10 questions » en langues française et allemande, une relance de la demande de mesures du radon à l’échelle du pays a été observée pendant l’hiver 2016/2017. Au total, 221 habitations ont été contrôlées avec un total de 517 mesures conduites. La majorité des concentrations sont situées entre 100 Bq/m3 et 300 Bq/m3 (Figure 17).

Étude menée sur les nouvelles habitations passives et à consommation basse en énergie durant l’hiver 2016/2017

La DRP a mené une campagne de mesure de la concentration du radon dans les maisons récentes passives (label A) et basses énergie (label B). Lors de cette campagne, la concentration du radon a été déterminée dans 172 habitations. De manière générale, ces nouvelles constructions bénéficient d’une étanchéité plus performante afin de diminuer les
pertes en énergie. Les résultats de cette campagne ont révélé que les concentrations moyennes du radon dans ces maisons sont inférieures à celles des maisons traditionnelles, notamment dans des zones à potentiel radon moyen et élevé (Figure 19). De manière générale, la forte différenciation qui avait été observé soit au niveau des maisons traditionnelles ou encore au niveau de la carte du pays de 2016 n’est plus constatée. Les valeurs situées au-dessus du NR ont été relevées uniquement pour trois maisons, localisées respectivement dans les cantons Clervaux, Mersch et Wiltz (Figure 18).

Une maison située dans le canton Clervaux présente des valeurs de radon supérieures à 600Bq/m3. En raison de son caractère exceptionnel, cette habitation n’a pas été incluse dans la moyenne.  Les valeurs élevées constatées ici sont attribuées à une anomalie dans la conception du bâtiment et plus précisément à cause d’un défaut d’étanchéité dans la conduite d’aspiration d’air frais. Il est donc nécessaire de rester vigilant et de faire appel à des professionnels du bâtiment expérimentés et conscients de la problématique du radon.

Étude pilote « Radon » dans la Commune de Wahl en 2016

Pour quantifier la problématique du radon au Luxembourg, la DRP a réalisé́ au cours du premier semestre 2016 une étude pilote sur environ 200 maisons, en collaboration avec la commune de Wahl située au nord-ouest du pays. Cette petite commune a l’avantage de s’étendre sur deux régions géologiques différentes. Elle se caractérise également par un mélange de plusieurs types de maisons allant du style traditionnel au moderne ou encore écologique. Cette étude a montré que presque un tiers des habitations privées dépassent le niveau de référence (300 Bq/m3). Dans 5% des maisons, des concentrations très élevées (> 600 Bq/m3) ont été constatées avec un maximum de 2700 Bq/m3. Le pourcentage élevé de maisons avec des concentrations situées au-dessus du NR s’explique par une situation géomorphologique particulière.

Les résultats obtenus dans la commune de Wahl confirment les tendances déjà obtenues à l’échelle du pays (Figure 16). La cartographie du radon complète du pays a été publiée en 2016. Sur cette carte, des zones dites « prioritaires » ont été définies. D’après les mesures faites jusqu’à présent, il est estimé qu’entre 5 à 10% des maisons pourraient dépasser la nouvelle valeur de référence.  Trois  niveaux ont été retenus : moins de 1% des maisons ont des valeurs supérieures à 300 Bq/m3, entre 1 et 5% des maisons ont des valeurs supérieures à 300 Bq/m3 et 5% des maisons ont des valeurs supérieures à 300 Bq/m3. Cela a conduit à l’établissement de la carte des zones radon (Figure 16). Il y a lieu d’indiquer que le niveau de référence ne doit pas être confondu avec une valeur limite, mais plutôt comme un niveau d’action au-delà duquel des mesures d’optimisation et de remédiation sont

  • Dernière modification le 30-05-2018