Héroïne et opiacés

Perturbateurs / Hallucinogènes stimulants

L’héroïne est un dérivé semi-synthétique de l’opium. Elle est fabriquée à partir de la morphine qui provient de la plante de pavot à l’opium (Papaver somniferum). L’héroïne est donc un dérivé de la morphine.

Formes

L’héroïne se présente en règle générale sous forme de poudre de couleur beige-brune (rarement blanche). La plupart du temps, elle est injectée par voie intraveineuse. Elle peut aussi être sniffée, inhalée ou fumée.

La codéine est un autre dérivé de la morphine. Elle est surtout utilisée dans la composition de divers sirops antitussifs délivrés sur prescription médicale.

La méthadone, un opioïde synthétique, est utilisée entre autres comme produit de substitution dans le traitement des personnes dépendantes à l’héroïne.

Effets

L’héroïne agit sur le système nerveux en engourdissant le cerveau et en ralentissant le fonctionnement du corps. Elle provoque une sensation de joie intérieure, un apaisement, une sensation d’extase. Elle est suivie d’une sensation d’euphorie intense qui est parfois accompagnée de nausées et de vomissements.

Risques

L’héroïne conduit rapidement à une forte dépendance psychique et physique. Elle crée une tolérance : plus une personne en consomme, plus elle doit augmenter les doses et/ou la fréquence des prises pour retrouver les sensations initiales.

L’usager régulier change souvent ses habitudes de vie et ses amis. Il rythme sa vie en fonction de la drogue et côtoie principalement les personnes qui consomment.

Une surdose d’héroïne peut entraîner une détresse respiratoire, une perte de connaissance et même la mort.

Mélanges dangereux

Il est dangereux de consommer de l’héroïne avec des amphétamines, l’ecstasy ou la cocaïne. Il est particulièrement dangereux de consommer l’héroïne avec de l’alcool, des tranquillisants ou le GHB : cela augmente le risque de surdose !

  • Dernière modification le 28-09-2015