Constats et chiffres-clés

Constats

Au niveau mondial comme européen, la consommation des drogues traditionnelles, telles que l'héroïne et la cocaïne, est généralement stable.

Un problème majeur récent est la prolifération des  « Nouvelles Substances Psychoactives (NSP) en grande partie non réglementés.

En matière d’usage de drogues en population générale, les substances les plus consommées au Luxembourg, après le cannabis, sont la cocaïne et les substances de type ecstasy et leurs prévalences d’usage se situent en règle générale en dessous des moyennes observées au sein de l’UE.

Comparés à leurs pairs féminins, les consommateurs masculins témoignent de taux de prévalence de consommation de cannabis supérieurs, toutes classes d’âge confondues. La première consommation de substances illicites survient majoritairement dans le groupe d’âge de 15 à 19 ans à l’exception des premiers usages d’héroïne et de cocaïne qui s’observent le plus souvent entre 20 à 24 ans.

Chiffres-clés

Consommation de drogues au Luxembourg

Selon le  rapport annuel 2017 sur « L'état du phénomène de la drogue au Grand-Duché de Luxembourg », la prévalence et le taux de prévalence d’usagers problématiques de drogues (UPD) sont estimés respectivement à:

  • 2.250 personnes,
  • 5,79 par mille personnes issues de la population nationale âgée entre 15 et 64 années.

Depuis 2003, on observe une tendance à la baisse du taux de prévalence d'usagers problématiques de drogues (UPD) illicites au Luxembourg.

L’usage intraveineux d’opiacés et de cocaïne associé à une polyconsommation généralisée constitue le comportement le plus observé au sein des UPD au Luxembourg.

Globalement, un nombre croissant d’UPD suivent des traitements spécialisés ou profitent des offres bas-seuil.

Le taux de mortalité par surdose de drogues illicites au Luxembourg est en baisse:

  • 5 cas en 2016,
  • 27 cas en 2007.

Malgré la diminution de la prévalence d’UPD, de nouveaux usages problématiques émergent chez les jeunes comme l’usage de cannabis, de nouvelles drogues de synthèse et le « binge drinking ».

Le « binge drinking » est une consommation excessive de grandes quantités de boissons alcoolisées sur une courte période de temps.

Au sein de l’Union européenne

Un quart de la population de l’UE, soit plus de 93 millions de personnes, a déjà consommé une drogue illicite au moins 1 fois dans leur vie:

Ces données sont fournies par l'Observatoire Européen des Drogues et des Toxicomanies (OEDT) dans le Rapport européen sur les drogues 2017.

Dans le monde

Les drogues illicites les plus consommées dans le monde sont:

On estime que 250 millions de personnes, soit 1 personne sur 20 de la population mondiale âgée de 15 à 64 ans, ont consommé une drogue illicite au moins une fois au cours de l'année écoulée.

L’usage problématique de drogues est stable et concerne 29 millions de personnes, dont 12 millions sont des injecteurs.

La consommation des drogues illicites est généralement stable dans le monde, bien qu’elle continue d’augmenter dans certains pays ou certaines régions.
  • Dernière modification le 05-01-2018