Cancer colorectal ¦ Programme de dépistage

Cancer colorectal

Le cancer colorectal se forme dans le côlon ou le rectum, aussi appelés « le gros intestin ». Ce cancer se développe à partir de polypes. Un polype est une excroissance bénigne de la muqueuse intestinale qui peut se transformer en tumeur maligne.

Importance de dépister tôt le cancer colorectal

Dans la plupart des cas, le cancer colorectal ne provoque pas de symptômes au stade débutant.

S’il est détecté tôt, ce cancer peut se guérir dans 9 cas sur 10.

Objectifs du programme de dépistage

  • Prévenir les cancers en enlevant les polypes,
  • Détecter le cancer le plus tôt possible pour augmenter l'efficacité du traitement et en limiter les effets indésirables,
  • Réduire la mortalité.

Population concernée

Le programme national de dépistage du cancer colorectal s’adresse à tous hommes et toutes les femmes âgés de 55 à 74 ans.

2 méthodes de dépistage

Il existe 2 méthodes pour dépister les polypes et les cancers débutants qui saignent:

  • le test de recherche de sang dans les selles,
  • la coloscopie.
Seul la coloscopie permet de détecter les polypes et les cancers qui ne saignent pas.

Test de recherche de sang dans les selles

  • Ce test consiste à faire 1 seul prélèvement de selles à domicile.
  • Il est très sensible et permet de repérer un saignement intestinal, même infime, chez les personnes qui n’ont pas de risque particulier.

Test de recherche de sang pour le cancer colorectal

Avantages du test

  • Ce test est performant.
  • Ce test est simple à réaliser: 1 prélèvement à domicile fait par la personne elle-même.
  • Le prélèvement est envoyé gratuitement au laboratoire pour être analysé.
  • Aucun régime alimentaire spécifique n'est nécessaire avant le test.
  • Évitez de faire l’envoi avant un jour férié ou un weekend.

Limites du test

Certains cancers ou polypes ne saignent pas au moment de la réalisation du test et ne peuvent donc pas être détectés.

Même si le test est négatif, il est toujours important de consulter son médecin en cas d’apparition:
  • de diarrhées chroniques,
  • de saignements visibles dans les selles,
  • d’amaigrissement inhabituel.

Mode d'emploi du test de dépistage

Gebrauchsanweisung für den Darmkrebs Früherkennungstest
Gebrauchsanweisung für den Darmkrebs Früherkennungstest

Instructions for the colorectal cancer screening test
Instructions for the colorectal cancer screening test

Mode d’emploi du test de dépistage du cancer colorectal
Mode d’emploi du test de dépistage du cancer colorectal

Gebrauchsuweisung fir de Fréierkennungstest vun Daarmkriibs
Gebrauchsuweisung fir de Fréierkennungstest vun Daarmkriibs


Instruções para o teste de rastreio do cancro colorectal
Instruções para o teste de rastreio do cancro colorectal

Coloscopie

La coloscopie est l’examen le plus performant pour le dépistage du cancer colorectal. Il consiste à observer l’intérieur du gros intestin à l’aide d’un tube souple équipé d’une caméra. Le but de cet examen est de détecter les polypes et de les enlever.

La coloscopie est recommandée aux personnes:

  • qui ont des antécédents familiaux de cancer colorectal ou certaines pathologies de l’intestin,…
  • qui ont eu un cancer colorectal et doivent être suivies,
  • qui ont des signes d’alerte cliniques comme des diarrhées chroniques, saignements dans les selles et amaigrissement inhabituel.

Avantages de la coloscopie

Cet examen détecte des anomalies du côlon et des polypes de petites tailles qui peuvent être retirés tout de suite.

Inconvénients

  • Nécessité de suivre un régime pauvre en fibres avant l'examen.
  • Obligation de boire un liquide de préparation intestinale la veille et le jour de l’examen.
  • Possibilité de complications très rares comme:
    • des saignements après avoir retiré un polype ou une lésion cancéreuse,
    • une perforation de l’intestin avec dans certains cas le développement d’une péritonite.

Lien entre cancer de la prostate et cancer colorectal

En cas de cancer de la prostate, le risque d’avoir des polypes précancéreux du côlon est plus élevé. La relation entre ces deux cancers est importante à connaître, sachant qu’il s’agit de deux cancers très fréquents chez l’homme.

Importance du dépistage du cancer de la prostate

À partir de 50 ans, le risque de développer un cancer de la prostate augmente progressivement.

Dépisté à temps, ce cancer est guérissable.

Un examen de dépistage ne peut pas empêcher l’apparition d’un cancer de la prostate. Mais il permet de le déceler précocement, de le soigner le plus efficacement possible et de le guérir.

Les hommes dont, le père, un frère, un oncle ou un grand-père ont souffert d’un cancer de la prostate, courent un risque plus grand d'en être atteints.

Examens de dépistage du cancer de la prostate

Les examens de dépistage du cancer de la prostate comprennent l’examen par toucher rectal, (le médecin contrôle la  taille,  la  consistance  et  la  forme  de  la prostate) et un examen du dosage de la PSA (antigène spécifique de la prostate) par prise de sang.
Ensemble ces deux examens constituent les mesures de détection précoce du cancer de la prostate.

Le toucher rectal

Le toucher rectal est une palpation de la prostate avec l’index à partir du rectum.
Cet examen est inoffensif et rapide. Il permet au médecin de déceler des irrégularités de la prostate qui l’amèneront à prévoir des examens complémentaires si nécessaire.

La PSA (antigène spécifique de la prostate)

La  PSA  est  une  protéine  qui  est  produite  uniquement  par  les  cellules  de  la  prostate.
Dans  différentes maladies de cet organe, la PSA apparaît en plus  grande  quantité  dans  le  sang,  par  exemple  suite à une inflammation de la prostate, à une hypertrophie bénigne ou à un cancer.

Ce fait est mis à profit pour détecter précocement  l’existence  d’un  cancer  de  la  prostate.

Une augmentation du taux de la PSA ne signifie toutefois pas  nécessairement  la  présence  d’un  cancer  de  la prostate.

De nombreux facteurs peuvent causer une augmentation de ce taux (maladies bénignes comme l’HBP, la prostatite, mais aussi l’activité sexuelle, cyclisme intensif etc...).
Seul votre médecin peut interpréter correctement le résultat  de  l’examen  et  vous  informer  sur  les  éventuelles mesures à prendre.
  • Dernière modification le 01-02-2019