Gestes de premiers secours

Toute personne inconsciente doit être mise en position latérale de sécurité. Des gestes simples, enseignés dans des cours de premiers secours, peuvent sauver des vies s’ils sont pratiqués rapidement et correctement.

Personne inconsciente

Une personne s'évanouit: elle ne répond pas et ne réagit pas lorsqu'on la secoue. Elle est inconsciente, respire encore et se trouve sur le dos. Bien que le principe général soit de ne pas manipuler une victime, il ne faut jamais laisser sur le dos une victime inconsciente qui respire.

En effet, dans cette position sa langue ou ses vomissements peuvent venir obstruer ses voies respiratoires et elle risque de s'étouffer. Quand une personne est inconsciente et respire, il est important de la mettre en position latérale de sécurité.

Position latérale de sécuritéLa position latérale de sécurité est une position dans laquelle la victime est placée sur le côté, tête en arrière, bouche ouverte et dirigée vers le sol. Ainsi sa langue ne peut plus tomber dans sa gorge et ses vomissements s'écoulent librement sur le sol. Mettre une victime inconsciente et qui respire en position latérale de sécurité est donc essentiel pour maintenir ses voies respiratoires ouvertes.

Premiers soins

  • Assurez-vous que les jambes de la victime soient allongées côte à côte. Si ce n'est pas le cas, rapprochez-les délicatement l'une de l'autre, dans l'axe du corps de la victime.
  • Assurez-vous que le blessé respire correctement. Tirez tout ce qui peut empêcher l’air de passer par la bouche (dentiers, aliments, caillots de sang, chewing-gum…). Desserrez la ceinture ou le soutien-gorge, la cravate et le col de chemise.
  • Placez le bras de la victime le plus proche de vous, à angle droit de son corps. Pliez ensuite son coude tout en gardant la paume de sa main tournée vers le haut.
  • Placez-vous à genoux à côté de la victime.
  • Saisissez d'une main le bras opposé de la victime et placez le dos de sa main contre son oreille côté sauveteur.
  • Maintenez la main de la victime pressée contre son oreille, paume contre paume.
  • Avec l'autre main, attrapez la jambe opposée, juste derrière le genou et relevez-la tout en gardant le pied au sol.
  • Placez-vous assez loin de la victime au niveau du thorax pour pouvoir la tourner sans avoir à vous reculer.
  • Tirez sur la jambe pliée afin de faire rouler la victime vers vous jusqu'à ce que le genou touche le sol. Le mouvement de retournement doit être fait sans brusquerie, en un seul temps. Le maintien de la main de la victime contre sa joue permet de respecter l'axe de la colonne vertébrale cervicale.
  • Si les épaules de la victime ne tournent pas complètement, coincez le genou de la victime avec votre propre genou, pour éviter que le corps de la victime ne retombe en arrière sur le sol, puis saisissez l'épaule de la victime avec la main qui tenait le genou pour achever la rotation.
  • Dégagez votre main qui est sous la tête de la victime, en maintenant le coude de celle-ci avec la main qui tenait le genou (pour ne pas entraîner la main de la victime et éviter toute mobilisation de sa tête).
  • Fléchissez la jambe du dessus pour que la hanche et le genou soient à angle droit (de façon à stabiliser le corps de la victime).
  • Ouvrez la bouche de la victime avec le pouce et l'index d'une main, sans mobiliser la tête, afin de permettre l'écoulement des liquides vers l'extérieur.

Massage cardiaqueRéanimation en cas d'arrêt cardiorespiratoire d'un adulte

En cas d'arrêt cardiorespiratoire, le massage cardiaque (ou compression thoracique) pendant les premières minutes peut sauver la victime ou lui éviter des lésions cérébrales graves. Le massage cardiaque est un geste réalisé en association avec une ventilation artificielle.

Sa technique varie légèrement suivant qu'il est appliqué:

  • sur un adulte ou un enfant de plus de 8 ans,
  • sur un enfant de moins de 8 ans,
  • sur un nourrisson.

Les conseils ci-dessous ne remplacent pas une formation de secourisme. Seule une telle formation vous permettra de pratiquer le secourisme avec un maximum d'efficacité et de sécurité.

Massage cardiaque pour un adulte ou un enfant de plus de 8 ans

  • Allongez la victime sur le dos, sur un plan dur.
  • Agenouillez-vous à ses côtés et, dans la mesure du possible, dénudez sa poitrine.
  • Déterminez la zone d'appui de la façon suivante:
    • repérez, de l'extrémité du majeur, le creux situé en haut du sternum à la base du cou,
    • repérez, du majeur de l'autre main, le creux où les côtes se rejoignent (en bas du sternum),
    • déterminez le milieu du sternum,
    • placez le talon d'une main juste en dessous du milieu repéré (c'est-à-dire sur le haut de la moitié inférieure du sternum). Cet appui doit se faire sur la ligne médiane, jamais sur les côtes.
  • Placez l'autre main au-dessus de la première, en entrecroisant les doigts des deux mains. On peut aussi placer la seconde main à plat sur la première, mais en veillant à bien relever les doigts sans les laisser au contact du thorax.
  • Poussez vos mains rapidement vers le bas, les bras bien tendus, les coudes bloqués (vos mains doivent descendre de 4 à 5 centimètres), puis laissez-les remonter.
  • Veillez pendant toute la manoeuvre à rester bien vertical par rapport au sol et à ne pas balancer votre tronc d'avant en arrière.
  • Gardez les mains en contact avec le sternum entre chaque compression.
  • Le rythme des compressions doit être de 100 compressions par minute.
  • Intercalez 2 insufflations toutes les 30 compressions.
  • Effectuez aussi rapidement que possible le passage des insufflations aux compressions et des compressions aux insufflations, sous peine de diminuer l'efficacité de la réanimation cardiopulmonaire.

Plaie au genouSoignez des plaies simples

Ces plaies simples sont des égratignures, éraflures ou écorchures. Même bénignes, ces plaies doivent être soignées le plus tôt possible pour éviter les infections.

Premiers soins

  • Lavez-vous les mains avec du savon ou portez des gants.
  • Laissez saigner la plaie un instant.
  • Enlevez les corps étrangers superficiels (terre, graviers, brindilles, échardes ...) avec une pince à épiler. N'essayez pas d'enlever un corps étranger qui s'avèrerait profondément incrusté dans la plaie.
  • Nettoyez les blessures légères, qui ne nécessitent pas de soins médicaux, avec un antiseptique. Le nettoyage s'effectue du centre de la plaie vers sa périphérie et se fait aussi sur la peau environnante qui est toujours plus ou moins souillée.
  • Laissez les petites écorchures à l'air libre, si elles ne risquent pas d'être souillées. Dans le cas contraire, couvrez-les avec un pansement stérile.

Soignez des plaies graves

Ces plaies nécessitent un traitement médical urgent par un médecin. Il y a cependant certaines mesures en attendant l'arrivée des secours.

Premiers soins

  • Stoppez l'hémorragie éventuelle par compression locale prolongée, par compression indirecte en amont de la blessure (entre le coeur et la plaie) et si nécessaire par garrot. Le garrot est à faire uniquement en cas d'urgence extrême. Le garrot ne peut être placé qu'au niveau de la cuisse et du bras. L'heure de pose doit être indiquée. Bien qu'il soit dangereux de maintenir un garrot serré trop longtemps, il ne faut jamais le desserrer, même pour quelques secondes.
  • N'essayez pas de désinfecter la plaie. N'enlevez surtout pas un éventuel corps étranger.
  • Allongez systématiquement le patient tête basse, sauf s'il présente une plaie du thorax avec gêne respiratoire. Dans ce cas il doit être placé en position demi-assise.

La manoeuvre de Heimlich s'applique uniquement quand les voies respiratoires sont totalement obstruées.Désobstruez les voies respiratoires

Un éclat de rire avec des aliments dans la bouche, on avale de travers et les aliments se bloquent dans la glotte. Quelques accès de toux suffisent souvent à rétablir la situation, mais dans certains cas la victime étouffe, suffoque et ne peut plus parler. Il est alors capital de l'aider très vite à ne pas s'asphyxier. Pour cela il faut pratiquer en urgence une manœuvre simple pour expulser le corps étranger coincé dans le larynx ou les bronches; c'est la seule chance de sauver la victime car les secours n'arriveront pas à temps.

En cas d'obstruction partielle des voies respiratoire, c'est-à-dire quand la victime a du mal à respirer, fait des efforts de toux et présente parfois un sifflement respiratoire. Bien souvent elle est capable d'expulser elle-même le corps étranger en toussant. Le sauveteur ne doit en aucun cas pratiquer les techniques décrites ci-dessous, elles risqueraient de mobiliser le corps étranger et de provoquer une obstruction totale des voies aériennes.

Premiers soins

Pour débloquer les voies respiratoires chez un adulte ou les enfants de plus d'un an, on commence par la technique des claques dans le dos:

  • Placez-vous sur le côté et légèrement en arrière de la victime.
  • Soutenez son thorax avec une main et penchez-la suffisamment en avant pour que l'obstacle dégagé sorte de la bouche plutôt que de retourner dans les voies respiratoire.
  • Donnez-lui 5 claques vigoureuses dans le dos entre les deux omoplates avec le plat de l'autre main ouverte.
  • Arrêtez les claques dans le dos dès que la désobstruction est obtenue.

Le but des claques dans le dos de la victime est de provoquer un réflexe de toux, de débloquer et d'expulser le corps étranger qui obstrue les voies respiratoire.

Si le corps étranger n'est pas expulsé, les 5 claques dans le dos ont été inefficaces, il faut alors appliquer 5 compressions abdominales selon la manœuvre de Heimlich. La manœuvre de Heimlich peut être pratiquée chez les enfants de plus d'un an de la même façon que pour un adulte, mais avec plus de précautions (la force du geste devant être adaptée au poids et à l'âge de l'enfant).

Elle consiste à comprimer brutalement la partie supérieure de l'abdomen (au-dessus du nombril) pour  provoquer une surpression à l'intérieur du thorax et ainsi expulser le corps étranger hors des voies respiratoires.

  • Placez-vous derrière la victime et collez-vous à elle.
  • Passez vos bras sous les siens et entourez-lui la taille.
  • Penchez la victime en avant.
  • Placez un de vos poings fermé (paume orientée vers le sol) dans le creux de son estomac (au-dessus du nombril et sous le triangle formé par les côtes).
  • Saisissez votre poing avec votre autre main.
  • Maintenez vos coudes écartés au maximum pour ne pas appuyer sur les côtes de la victime.
  • Si la victime est debout, passez une jambe entre les siennes pour avoir un bon point d'appui.
  • Enfoncez le poing d'un coup sec, vers vous et vers le haut.

Après 5 essais, si la manoeuvre n'a pas été efficace, réaliser à nouveau 5 claques vigoureuses  puis 5 manoeuvres de Heimlich et ainsi de suite.

Avec les nourrissons et les enfants de moins d'un an, la manœuvre de Heimlich ne peut être utilisée.

  • Placez l'enfant à plat ventre sur votre avant-bras, le visage dirigé vers le sol.
  • Maintenez sa tête avec vos doigts de part et d'autre de sa bouche, tout en évitant d'appuyer sur sa gorge.
  • Avec le plat de l'autre main donnez-lui 5 tapes entre les omoplates.

Si les 5 claques dans le dos ont été inefficaces, il faut appliquer 5 compressions thoraciques:

  • placez l'enfant sur le dos, puis allongez-le tête basse sur votre avant-bras et votre cuisse,
  • effectuez 5 compressions sur le devant du thorax avec deux doigts au milieu de la poitrine sur la partie inférieure du sternum, sans appuyez sur son extrémité inférieure.

 

  • Dernière modification le 09-03-2016