« Les antibiotiques : Tirons la sonnette d’alarme ». 

« Héich Zäit  Alarm ze  schloen! Wann Antibiotiquë bei Mënschen an Déieren net richteg benotzt ginn, kënne sech multiresistent Bakterie bilden. All Joer stierwen dowéinst an der europäescher Unioun méi wéi 33.000 Mënschen ».

« Tirons la sonnette d’alarme! L’utilisation inadaptée des antibiotiques chez l’homme et l’animal entraîne la formation de bactéries multirésistantes. Chaque année dans l’Union européenne, plus de 33.000 personnes en meurent ».

Avec cette interpellation le ministère de la Santé et le ministère de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural renouvellent leur campagne d’information sur l’utilisation des antibiotiques chez l’homme et l’animal.

En effet, à l’occasion de la journée européenne d’information sur les antibiotiques le 18 novembre 2019, les ministres Étienne Schneider et Romain Schneider entendent sensibiliser la population sur le danger du recours massif aux antibiotiques en médecine humaine et vétérinaire constaté ces dernières années.

« Les antibiotiques : Tirons la sonnette d’alarme »

Cette campagne s’inscrit dans le cadre du Plan National Antibiotiques 2018-2022 qui a pour but de réduire l’émergence, le développement et la transmission des résistances aux antibiotiques au Luxembourg et de promouvoir l’utilisation prudente des antibiotiques.

Force est de constater que les antibiotiques sont considérés comme l’une des innovations thérapeutiques majeures du XXe siècle. Ils ont permis de traiter efficacement des infections mortelles et sauver ainsi des millions de vies humaines. Cependant, le risque de perdre ces armes essentielles en médecine a fortement augmenté suite à l’émergence et à la dissémination de la résistance de certaines bactéries aux antibiotiques. Déjà, au sein de l’Union européenne, on estime le nombre de décès humains dus à des infections par des bactéries résistantes aux antibiotiques à plus de 33.000 morts par an. À l’heure actuelle, il existe un large consensus mondial sur le fait que l’utilisation inappropriée d’antibiotiques contribue à amplifier le phénomène d’antibiorésistance dans la mesure où elle favorise l’apparition et la sélection de bactéries résistantes. Ainsi, un nombre croissant d’infections deviennent de plus en plus difficiles à traiter, les antibiotiques perdant leur efficacité. L’Union européenne estime à 1,5 milliards d’euros par an le coût des soins de santé et des pertes de productivité dus à la résistance aux antibiotiques.

Dans ce contexte et dans une approche « One Health », des actions ont été établies visant entre autres à surveiller la consommation d’antibiotiques tant au niveau de la médecine humaine que vétérinaire.

Le Luxembourg est le 8e plus gros consommateur d’antibiotiques en Europe. Néanmoins la consommation d’antibiotiques en ambulatoire a baissé significativement ces dernières années.

En santé animale, le Luxembourg est l’un des plus petits consommateurs d’antibiotiques en Europe. Néanmoins, d’un point de vue qualitatif concernant le choix des antibiotiques adéquats, des efforts supplémentaires restent à faire.

Réduire l’utilisation inappropriée des antibiotiques reste donc un enjeu de santé publique majeur pour les ministres. Comme l’ont souligné Étienne Schneider et Romain Schneider: « Il est essentiel que chacun contribue de son côté à apporter une solution à cette problématique en appliquant le principe d’une utilisation raisonnée et raisonnable des antibiotiques. »

Le ministre de la Santé et le ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural soulignent par ailleurs que cette action de sensibilisation « Antibiotiques : Tirons la sonnette d’alarme ! » englobe tous les secteurs et acteurs concernés. Ainsi, l’appel est lancé au corps médical, personnels de soins et de santé, pharmaciens, patients, vétérinaires, agriculteurs et citoyens en général, pour utiliser les antibiotiques prudemment et de manière responsable, afin de continuer à pouvoir disposer des armes efficaces contre les infections sévères, que sont les antibiotiques.

Dans ce contexte, il est utile de signaler que les prescriptions antibiotiques se font majoritairement pendant la période hivernale qui est caractérisée par des épidémies d’affections respiratoires aiguës, comme la grippe, le rhume, la toux banale ou des angines, dont plus de 80% sont d'origine virale. Or, il est bien connu que les antibiotiques ne sont efficaces que contre les maladies provoquées par des bactéries et n’ont aucune efficacité contre les virus.

Enfin, il est important de rappeler que le Plan National Antibiotiques 2018-2022 qui a été élaboré par les ministères de la Santé et de l’Agriculture se focalise sur différents axes stratégiques tels que la gouvernance, la prévention, l’éducation, la communication, le traitement et le diagnostic, ainsi que la surveillance et la recherche. Ce plan sera évalué à la fin de sa mise en place.

La campagne fera également l'objet d'une large diffusion sur les réseaux sociaux, dès le 18 novembre prochain. Les supports de communication déclinés sous forme d’affiches, de dépliants et de flyers en plusieurs langues sont également disponibles et téléchargeables sur le Portail Santé www.sante.lu.

  • Dernière modification le 25-11-2019