Le ministre de la Santé, Mars Di Bartolomeo, a tenu le 14 mars 2005 une conférence de presse ayant pour objet: "La prévention du cancer colorectal".

Mars = mois de la prévention du cancer de l’intestin

Le mois de mars est déclaré, au niveau mondial, mois de la prévention du cancer de l’intestin. À l’instar d’autres pays européens, comme l’Allemagne et l’Angleterre qui organisent aussi une campagne au mois de mars, le Ministère de la Santé multiplie les initiatives de sensibilisation pour la promotion de la détection précoce du cancer colorectal.

"La prévention du cancer colorectal sauve des vies! Consultez votre médecin" est le message clé de cette initiative.
"Pensez-y! Parlez-en! Agissez!" en sont les devises.

Chiffres et des faits

  • En 2002, le cancer de l’intestin a touché 266 personnes au Luxembourg. Le cancer de l’intestin est la deuxième cause de décès par cancer.
  • Le cancer de l’intestin est le 2ème cancer le plus fréquent chez l’homme et la femme.
  • Le cancer colorectal se développe en général à partir de polypes bénins (stade préliminaire du cancer), qui dégénèrent lentement en cancer. Les polypes sont donc des stades préliminaires du cancer colorectal.
  • La détection précoce et l’ablation des polypes lors d’une coloscopie constituent un excellent moyen d’éviter le développement d’une tumeur maligne.
  • À partir de 50 ans, le risque de développer des polypes, et de ce fait un cancer colorectal, augmente de façon continue avec l’âge.
  • Détecté à temps, le cancer colorectal est guérissable.

Groupe de travail "Prévention du cancer colorectal"

Le groupe interdisciplinaire de travail "Prévention du cancer colorectal" du Ministère de la Santé désire convaincre le public de l’importance des mesures de prévention de ce cancer.

La plupart des cancers de l’intestin se développent à partir de polypes, qui sont des excroissances bénignes de la muqueuse intestinale. Au fil des années, ils peuvent se transformer en tumeurs malignes. Les polypes ainsi que le cancer colorectal, à un stade débutant, ne provoquent pas de symptômes et sont indolores. C’est ce développement silencieux qui rend ce cancer si dangereux.

Les polypes sont rares avant 45 ans, ils se développent surtout à partir de l’âge de 50 ans. En parallèle, le risque de développer un cancer colorectal augmente d’une manière significative au-delà de 50 ans. Malheureusement, le cancer colorectal est souvent détecté à un stade avancé, quand des symptômes sont déjà apparents (sang dans les selles, changements dans la consistance et la fréquence des selles, douleurs abdominales). Le traitement va demander une opération invasive importante, les chances de guérison sont sensiblement affectées.

Pour détecter le cancer colorectal de manière précoce, la coloscopie totale à partir de 50 ans (une deuxième à l’âge de 65 ans) est la méthode de prévention la plus efficace. Cette technique permet de détecter des polypes et de les enlever avant qu’ils ne dégénèrent.

Un test (Hemoccult) permet de repérer dans les selles des saignements invisibles. Malheureusement, ce simple test n’est pas si performant. Les tumeurs ne saignent pas nécessairement à un stade précoce. C’est pour cette raison que ce test doit être répété annuellement.

"Optez pour des modes de vie sains: pratiquez suffisamment d’activités physiques, choisissez une alimentation équilibrée, riche en fibres, légumes et fruits, évitez le tabac, consommez de l’alcool avec modération": telles sont les recommandations jouant un rôle important dans la prévention des maladies vasculaires, du diabète et de l’ostéoporose, et qui sont également bénéfiques dans la prévention de certains cancers.

  • Dernière modification le 22-10-2015