Retrait, par mesure de précaution, des médicaments contenant du valsartan des firmes Eurogenerics, Sandoz et Ratiopharm – Extension des études européennes à d’autres sartans

Retrait de spécialités contaminées par le NDMA au Luxembourg

Une substance potentiellement cancérogène, le N-nitrosodimethylamine (NDMA), a été retrouvée dans le principe actif servant à la fabrication de médicaments contenant du valsartan.

Au Grand-Duché de Luxembourg, seuls les médicaments suivants étaient concernés :
-    La gamme « Valsartan EG® » et « Co-Valsartan EG® » de la firme Eurogenerics
-    La gamme « Valsartan Sandoz® » et « Co-Valsartan Sandoz® » de la firme Sandoz
-    La gamme « Valsartan Ratiopharm® » et « Valsartan Ratiopharm comp.® » de la firme Ratiopharm

Ces produits ont déjà été retirés du marché au niveau des pharmacies en juillet 2018.
Ces produits ne sont actuellement plus distribués au Luxembourg.

Extension des études européennes à d’autres sartans

Lors d’analyses complémentaires, des traces d’une autre substance potentiellement cancérogène, le N-nitrosodiethylamine (NDEA), ont été retrouvées dans le principe actif servant à la fabrication de médicaments contenant du losartan.

Suite à cette détection, les études en cours au niveau européen ont été étendues à 4 autres molécules de la famille des sartans : candésartan, irbésartan, losartan et olmésartan.

Cette étude a été étendue par principe de précaution.


Comme le valsartan, ces molécules ont une structure chimique particulière (appelée « cycle tétrazole »), dont le processus de synthèse peut potentiellement aboutir à l’apparition de substances potentiellement cancérogènes telle que le NDMA ou NDEA.

Aucun médicament actuellement disponible au Luxembourg n’est concerné par une telle contamination.
Par ailleurs, il n’y a pas de risque immédiat pour le patient.

Ainsi, il est recommandé aux patients de ne pas arrêter de prendre leur médicament contenant un sartan sans avis de leur médecin ou de leur pharmacien.

  • Dernière modification le 11-10-2018