Création d’une "Agence luxembourgeoise des médicaments et des produits de santé" (ALMPS)

Faisant suite à la décision de principe du gouvernement (séance du 2 mars 2018), le Conseil de gouvernement a approuvé le projet de loi portant création d'une Agence nationale des médicaments et produits de santé, sous forme d'un établissement public.

Cette future Agence, placée sous l'autorité du ministre de la Santé, permettra de regrouper les compétences en matière de médicaments, de dispositifs médicaux et d'autres produits de santé (produits cosmétiques, compléments alimentaires etc.) au sein d'une même entité, ceci dans un intérêt de santé publique. En effet, elle permettra d'assurer la gestion des risques potentiels que certains médicaments, dispositifs médicaux ou produits de santé peuvent engendrer sur la santé publique et garantira ainsi un haut niveau de sécurité sanitaire de tous les produits de santé tout au long de leur cycle de vie (avant, pendant et après leur mise sur le marché).

Comme l'a souligné le Vice-Premier ministre, ministre de la Santé, Étienne Schneider: "La création d'une Agence nationale des médicaments s'impose d'autant plus que les défis auxquels nous devons faire face sont majeurs, notamment en ce qui concerne la surveillance de la qualité et de l'innocuité des médicaments sur le marché, afin d'empêcher que des médicaments nocifs, de qualité inférieure ou contrefaits ne parviennent au public".

Par ailleurs, depuis quelques années, on constate une augmentation inquiétante du nombre de médicaments en pénurie partielle ou totale. L'Agence permettra de veiller aux obligations de l'industrie de notification des pénuries mais aussi de légitimement participer aux initiatives de coordination du réseau des agences européennes et de l'EMA visant à faciliter la prévention, l'identification, la gestion et la communication concernant les pénuries. Elle favorisera également un accès rapide, encadré et large à l'ensemble des produits de santé pour la population.

En même temps, l'ALMPS contribuera à diversifier l'économie du pays en valorisant les investissements déjà réalisés dans le secteur des biotechnologies. Elle jouera un rôle déterminant pour attirer les acteurs à s'implanter au Luxembourg, car elle leur fournira les garanties requises pour pouvoir travailler dans le contexte d'un cadre réglementaire précis appliqué de manière efficace pour l'autorisation et le contrôle de leurs activités de production et de commercialisation, ainsi que la planification de leurs essais cliniques.

L'Agence répondra ainsi au double défi de santé publique et de positionnement économique.

À l'heure actuelle, le Luxembourg est un des seuls pays européens à ne pas disposer d'Agence nationale du médicament et des produits de santé. En effet, la compétence concernant les médicaments, produits de santé ainsi que des dispositifs médicaux ou encore de certains aspects des produits dérivés du sang, relève des missions de la Direction de la santé, tout comme la supervision de la délivrance du cannabis médicinal.

  • Dernière modification le 20-12-2019