Un an après l’entrée en vigueur de la réglementation de la profession d’ostéopathe, le ministère de la Santé tire un bilan positif (30.09.2019)

Dans le but de procurer une plus grande sécurité aux patients, de plus en plus nombreux à avoir recours à l’ostéopathie, le ministère de la Santé a fixé les modalités légales et réglementaires pour la reconnaissance et la réglementation de la profession d’ostéopathe. Ainsi, la réglementation consiste en l’accès au patient à un ostéopathe ayant suivi une formation rigoureuse et sérieuse, puisqu’en l’absence d’une telle réglementation, tout le monde pourrait se déclarer ostéopathe.

Depuis l’entrée en vigueur du cadre il y a tout juste un an (1er octobre 2018), 138 ostéopathes ont obtenu une autorisation d’exercer l’ostéopathie et seront ainsi inscrits sur la liste des professions de santé réglementées, fixée par la loi modifiée du 26 mars 1992 sur l’exercice et la revalorisation de certaines professions de santé. 

Points clés de la réglementation:

À travers la réglementation, l’exercice de la profession d’ostéopathe est soumis à l’acquisition d’un diplôme de master en ostéopathie ou d’un titre d’enseignement supérieur de niveau équivalent au grade de master.

La réglementation prévoit également les techniques auxquelles l’ostéopathe est habilité (manipulations remédiant à des troubles fonctionnels du corps humain, notamment les manipulations de nature musculo-squelettiques et myofasciales) ainsi que les actes d’intervention qui nécessitent un diagnostic médical préalable (manipulations du crâne, de la face et du rachis chez le nourrisson de moins de six mois ; manipulations du rachis cervical).

De plus, l’ostéopathe est obligé d’orienter le patient vers un médecin lorsque les symptômes nécessitent un diagnostic ou un traitement médical, lorsqu’il est constaté une persistance ou une aggravation de ces symptômes ou que les troubles présentés excèdent son champ de compétences.

Grâce aux nouvelles modalités, les critères de qualité et de sécurité des prestations en matière d’ostéopathie sont davantage renforcés, puisque l’accès à un ostéopathe ayant suivi une formation rigoureuse et sérieuse peut désormais être garanti. Le bien-être et la sécurité du patient sont l’objectif primordial de la reconnaissance et de la réglementation de la profession d’ostéopathe.

  • Dernière modification le 30-09-2019