Étienne Schneider plaide pour un meilleur accès aux médicaments pour les enfants souffrant de maladies rares à la réunion informelle des ministres européens de la Santé à Bucarest (14.-15.04.2019)

Le Vice-Premier ministre, ministre de la Santé, Étienne Schneider, a participé à la réunion informelle des ministres de la Santé de l’UE les 14 et 15 avril 2019 à Bucarest (Roumanie).

Accès des patients aux médicaments et thérapies innovants

La Présidence roumaine a ouvert la réunion informelle des ministres de la Santé par un des sujets d’actualité les plus brulants dans le domaine de la santé, à savoir l’accès aux médicaments et traitements innovants. Même si la majorité des médicaments sur le marché européen sont autorisés centralement, de grandes différences de disponibilité persistent dans les différents États membres, avec une moyenne de deux ans de retard pour certains. Pour le ministre de la Santé, Étienne Schneider, « l’accès facile et rapide aux médicaments doit être possible pour tous les patients, surtout si les médicaments présentent une vraie avancée thérapeutique. Ceci est particulièrement vrai pour les médicaments pour les enfants souffrant de maladies rares. La qualité, sécurité et efficacité des produits doivent à tout moment être garanties. » Plusieurs délégations ont par ailleurs rejoint l’appel du ministre luxembourgeois en faveur de l’initiative de collaboration « BeNeLuxA » agissant sur le prix et la disponibilité des traitements contre des maladies rares.

Accès aux soins de santé transfrontaliers

Lors de l’échange subséquent sur le bilan mitigé de la Directive 2011/24 régissant la mobilité des patients dans l’Union européenne, Étienne Schneider a insisté sur la nécessité de mieux informer les citoyens sur leurs droits s’ils souhaitent se faire traiter à l’étranger. « Pour que la Directive puisse pleinement sortir ses effets, son fonctionnement doit être mieux expliqué. Il faut donc créer les conditions pour que le patient connaisse ses droits au sein de l’Union et sache comment les faire valoir au mieux afin de recevoir le meilleur traitement possible. » a-t-il précisé. Tout comme ses homologues, le ministre de la Santé luxembourgeois a souligné la valeur ajoutée des réseaux européens de référence pour maladies rares et du réseau e-health, deux émanations de la Directive qui permettront une meilleure collaboration entre États membres.

Le ministre luxembourgeois a eu l’occasion de rencontrer son homologue belge, Maggie De Block, en marge de la réunion pour discuter de différents sujets d’actualité, comme la pénurie des médecins généralistes, le prix des médicaments innovants et la nouvelle loi belge sur la qualité dans le domaine de la santé. Avec le ministre de la Santé suisse, Alain Berset, Étienne Schneider s’est échangé sur les thérapies géniques, le cannabis médicinal et récréatif et le dossier de soins électronique, en vue de la réunion des ministres germanophones de la Santé (Allemagne, Autriche, Liechtenstein, Suisse, Luxembourg) en septembre en Suisse.

  • Dernière modification le 16-04-2019