Publication du 1er rapport sur les traumatismes et accidents au Luxembourg (RETRACE 2013)

Retrace : Système National de surveillance des traumatimes et accidents

Les traumatismes d’origine accidentelle – accidents de la circulation, noyades, chutes ou brûlures – et ceux entraînés par des actes intentionnels – agressions, violence auto-infligée ou actes de guerre – entraînent chaque année dans le monde plus de cinq millions de décès. Des millions de personnes survivent à ces traumatismes en gardant des séquelles.

Les traumatismes, qui représentent 9 % de la mortalité à l’échelle mondiale, sont une menace pour la santé publique dans tous les pays.

Au Luxembourg, comme en Europe, les traumatismes sont la 4e cause de décès. Ils sont même la 1ère cause de décès chez les enfants, adolescents et jeunes adultes.

C’est ce qui ressort du premier rapport RETRACE, publié par le ministère de la Santé et portant sur le recensement exhaustif des données relatives aux traumatismes au Luxembourg de 2013 intégrant également les données de mortalité du registre des causes de décès.

Autres points clés qui ressortent du rapport RETRACE 2013 et du registre des causes de décès :

  • Annuellement 261 personnes décèdent par une cause traumatique ; en moyenne, un cas toutes les 34 heures.
  • Par décès, il y a 235 consultations médicales pour traumatisme aux urgences et 17 hospitalisations.
  • Environ 60 000 visites annuelles aux urgences ou 170 par jour sont dues à un traumatisme. 1 résident sur 10 en est concerné par an.
  • Les coûts annuels estimés pour les hospitalisations sont de 50 millions €.
  • Les accidents domestiques et de loisir devancent ceux du travail, du sport et de la circulation comme la situation de vie avec le plus de traumatismes.
  • Les personnes âgées ainsi que les jeunes et jeunes adultes sont particulièrement à risque.

Ces constatations font de la prévention des accidents une cible prioritaire.

RETRACE : Informer pour prévenir !

Dans le cadre de sa politique de prévention et de promotion de la santé, le ministère de la Santé, en collaboration avec le Luxembourg Institute of Health (LIH) et les établissements hospitaliers aigus, a ainsi mis en place depuis 2012 le système de surveillance des traumatismes RETRACE.

Ce système, qui fonctionne au niveau des services d’urgences hospitaliers, s’inscrit dans la méthodologie européenne IDB (Injury Data Base) appliquée actuellement par 26 pays.

RETRACE permet notamment de :

  • Collecter des informations sur le nombre annuel des accidents ;
  • Connaitre les lieux et les circonstances des accidents ;
  • Identifier la gravité des accidents et leurs conséquences ;
  • Étudier les populations les plus touchées ;
  • Analyser les objets et matériaux impliqués dans les accidents ;
  • Mesurer l’impact individuel, social et économique des accidents et traumatismes ;
  • Mettre en place une politique de prévention et de promotion adaptée ;
  • Évaluer l’impact de cette politique sur l’accidentologie.

Le rapport RETRACE 2013 est téléchargeable dans la boîte "Pour en savoir plus" ci-dessous.

  • Dernière modification le 05-08-2015