Recommandations de consommation pour les poissons de l’Our, la Sûre et la Moselle

Une recommandation de consommation publiée en commun par la Rhénanie-Palatinat, la Sarre et le Luxembourg

Les ministres de l’environnement, Mesdames Ulrike Höfken (Rhénanie-Palatinat) et Anke Rehlinger (Land de Sarre) ainsi que les ministres luxembourgeois Mars di Bartolomeo (Santé) et Jean-Marie Halsdorf (Gestion de l’eau) se félicitent d’une entente transfrontalière à laquelle ils ont abouti en termes de consommation de poissons pêchés dans les cours d’eau frontaliers.

Recommandation

Selon cette recommandation, les poissons pêchés dans l’Our peuvent être consommés sans hésitation. Les pays / länder déconseillent néanmoins la consommation de grands poissons gras issus de la Moselle frontalière et de la Sûre frontalière, en raison de leur contamination trop forte par les PCB (biphényls polychlorés).

Les représentants rhénano-palatins, luxembourgeois et sarrois de la Commission pour la pêche dans les eaux frontalières ainsi que du cercle d’experts des Commissions Internationales pour la protection de la Moselle et de la Sarre (CIPMS) ont concerté ces dispositions uniformes en juin 2012. Cette concertation repose sur des analyses actuelles et pluriannuelles réalisées par les autorités impliquées.

La nouvelle disposition constitue une information claire et simple du public et notamment des pêcheurs des cours d’eau frontaliers. Par ailleurs, elle tient également compte des récentes valeurs limites européennes pour les PCB, un groupe de produits chimiques cancérigènes qui est interdit depuis longtemps. De par leurs principales propriétés techniques – les PCB sont ignifuges, isolants et hydrofuges -, ils étaient largement utilisés, par exemple pour réfrigérer les transformateurs, en tant qu’huiles hydrauliques ou produits de jointure et restent de ce fait partout décelables. D’anciens sites industriels désaffectés et décharges présentent des concentrations en PCB élevées. A partir de là, ces composés lipophiles sont susceptibles de se retrouver dans les eaux où ils s’adsorbent tout d’abord sur matières en suspension et s’enrichissent ensuite via la chaîne alimentaire dans les tissus adipeux de toute la faune aquatique et in fine dans les poissons.

Les pays / länder signalent que les consommateurs de poissons peuvent significativement réduire la quantité de PCB ingérée en enlevant la peau y compris la graisse hypodermique avant de consommer les poissons.  Comme les calculs toxicologiques se référent aux personnes d’un poids corporel de 60 kg, les recommandations émises s’appliquent aux adultes. Elles ne sont pas applicables aux enfants. Les enfants devraient de ce fait renoncer à consommer des poissons contaminés. Vu la contamination très faible constatée pour les jeunes poissons blancs (à manger en friture), la consommation occasionnelle de ces derniers même par les enfants peut cependant être considérée comme étant non-problématique.

Les pays / länder soulignent en outre le caractère de recommandation de leur disposition destinée aux pêcheurs. La législation sur les denrées alimentaires qui interdit de principe la commercialisation de poissons non-comestibles en raison de leur contamination reste inchangée.

Les recommandations sont valables pour la Moselle frontalière, la Sûre frontalière et l’Our et prévoient la ventilation suivante :

Our

L’ensemble des analyses réalisées sur l’Our ont eu pour résultat que les teneurs en PCB de toutes les espèces piscicoles analysées étaient bien en-dessous des valeurs-limites légales. Aucune restriction à la consommation des poissons pêchés dans l’Our n’est ainsi émise.

Sûre frontalière

Les résultats d’analyse des poissons de la Sûre frontalière révèlent une pollution manifeste par les PCB. Cependant, ce ne sont que les poissons riches en graisse – à savoir les anguilles, les grands individus de brèmes et de silures – qui dépassent occasionnellement les valeurs limites légales. Pour cette raison, il est recommandé de ne consommer aucune anguille, aucune grande brème (supérieure à 40 centimètres) et aucun grand silure (supérieur à 60 centimètres). La consommation de toutes les autres espèces piscicoles n’est pas limitée.

Moselle frontalière

Les résultats d’analyses des poissons pêchés dans la Moselle frontalière affichent une nette pollution par les PCB. Parmi les espèces analysées, ce sont de nouveau les anguilles et les grands individus de brèmes et de silures qui dépassent en règle générale les valeurs limites légales. Cependant, en ce qui concerne les jeunes poissons blancs tels que les gardons, la teneur en PCB reste nettement inférieure aux valeurs limites légales.

La recommandation suivante s’applique donc aux poissons pêchés dans la Moselle frontalière :

Espèces et tailles de poissons non-comestibles: Espèces et tailles de poissons sans restriction de consommation
Anguilles jaunes et argentées, toutes tailles confondues Poissons blancs inférieurs à 40 cm
Poissons blancs supérieurs à 40 cm Silures inférieurs à 50 cm
Silures supérieurs à 50 cm

Autres poissons tels que:

Sandre  (toutes tailles confondues)

Brochet  (toutes tailles confondues)

Perche  (toutes tailles confondues)

 
   

 

  • Dernière modification le 13-07-2012